Corée du Sud : mort de l’ex-dictateur Chun Doo-hwan à 90 ans

Chun Doo-hwan a gouverné sur la Corée du Sud avec une main de fer dans les années 1980, muselant brutalement toute opposition

© KIM JAE-HWAN

23 nov. 2021 à 05:16 - mise à jour 23 nov. 2021 à 05:16Temps de lecture1 min
Par AFP

L’ex-dictateur sud-coréen Chun Doo-hwan, qui a dirigé le pays d’une main de fer en muselant toute opposition politique, est mort mardi à l’âge de 90 ans.

L’ancien général est décédé chez lui à Séoul, a annoncé l’agence de presse sud-coréenne Yonhap.

Le régime militaire de Chun Doo-hwan a supervisé la forte croissance économique de la Corée du Sud et obtenu que Séoul organise les Jeux Olympiques en 1988.

Il a été le premier dirigeant sud-coréen à transmettre le pouvoir de manière pacifique. Chun Doo-hwan prend le pouvoir à la suite d’un coup d’Etat militaire en 1979, date à laquelle le président Park Chung-hee est assassiné.

Il dirige le pays d’une main de fer entre 1980 et 1988, écrasant brutalement toute opposition politique. Il reste l’une des personnalités les plus honnies de Corée du Sud.


►►► À lire aussi : Le Japon et la Corée du Sud se disputent deux "cailloux" de 0,2 km² et font capoter une conférence avec Washington


L’ex-dictateur est connu sous le nom du "Boucher de Gwangju" pour avoir ordonné à ses troupes de réprimer par la force un soulèvement contre lui dans cette ville du sud-ouest du pays.

Le bilan officiel des morts et des disparus à Gwangju est d’environ 200 personnes, mais les militants affirment que ce nombre pourrait être trois fois plus élevé.

En 1996, il a été reconnu coupable de trahison et condamné à mort, en partie pour les événements de Gwangju, mais son exécution a été commuée en appel et il a été libéré à la suite d’une grâce présidentielle.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous