RTBFPasser au contenu
Rechercher

Ladies in Rock

Corine Mariennau, La Bassiste de Téléphone Fête ses 70 Ans !

ladies in rock

Une musicienne, une fille dans un groupe de rock en France, pour l’époque c’est complètement révolutionnaire. ''Je ne suis pas bassiste ; je suis bassiste de Téléphone'', rebelle et idéaliste, Corine s’est imposée dans un univers très masculin pendant toute l’aventure Téléphone. Elle fête ce 7 mars ses 70 ans.

De Téléphone aux Visiteurs, de projets solo en collaborations pour des bandes originales de film, d’aventures cinématographiques à en devenir actrice, voici l’histoire de la nana du plus grand groupe de rock français.

Le portrait d’icônes féminines qui ont marqué le monde du rock

le dimanche de 19h à 20h sur Classic 21 avec Delphine Ysaye !

Corine et sa sœur jumelle naissent à Paris le 7 mars 1952. Corine, qui a passé la majeure partie de sa vie entourée de mecs et par n’importe lesquels, vient d’une famille de filles : six en tout. Recevant une éducation bien comme il faut, elle prend des cours de danse et de piano dès 4 ans. Si elle passe haut la main son bac scientifique, Corine rêve de danse, de contestation et de militantisme. Mai 1968 est là. En 1972 elle part un an aux États-Unis, elle vit de près les grandes manifestations contre la guerre du Vietnam. De retour en France elle claque la porte du domicile familial et part pour une vie de bohème faites de petits boulots et de drogues douces. Elle emménage avec des amis dans une maison à Saint-Cloud qui carbure aux utopies, à l’art, elle y rencontre Louis Bertignac, Jacques Higelin et Valérie Lagrange. Louis et Corine deviennent amants et font de la musique avec le groupe Shakin' Street.

Et puis un soir un concert improvisé : Aubert, Bertignac, Mariennau et Kolinka sont réunis sur scène. Téléphone est né ! Malgré les réticences de Jean-Louis Aubert qui ne veut pas de ''gonzesse'' dans son groupe, Corine s’impose comme membre à part entière de ce band qui va vivre son aventure rock-ambolesque.

Entre 1977 et 1985, les albums s’enchaînent : ''Crache ton venin'', ''Au cœur de la nuit'', ''Dure limite''. Les tubes aussi : ''Un autre monde'', ''Cendrillon'', ''New York avec toi'', ''Le jour s’est levé'', ''La bombe humaine'', ''Ça, c’est vraiment toi''…
 

En 1984, Corine signe également avec Eric Serra le titre ''It’s only mystery'', pour le film de Luc Besson, ''Subway''.

Daniel Balavoine remet en 1985 à Téléphone la première Victoire de la musique de l’histoire, dans la catégorie album rock de l’année, pour l’album ''Un autre monde''. Ce qui fait de Corine Marienneau la première femme en France à recevoir une Victoire de la musique rock.

Malgré le triomphe en France et à l’international, l’ambiance au sein du groupe se détériore. Corine est la maîtresse de Bertignac puis de Aubert, il y a aussi des discordes à propos des droits d’auteur. Jalousies, drogues, alcools, ego, un cocktail explosif qui a raison du groupe. Téléphone officialise sa séparation le 21 avril 1986. Après 10 ans d’existence et plus de 6 millions d’albums vendus, Téléphone voilà c’est fini.

''Je ne m’en rendais pas compte, mais la femme en moi a morflé durant ces années-là. Pour m’intégrer au groupe, j’étais devenue une espèce d’être asexué, androgyne.''

Juste après la séparation du groupe Téléphone, Corine et Louis fondent un nouveau groupe : les Visiteurs. ''Ces idées-là'' un single paru en 87 sera leur plus grand succès. Après 3 albums le groupe se sépare et Corine se consacre à sa fille Naomi et sa vie personnelle.

Elle revient sur le devant de la scène en sortant en 2002 ''Corine'', son album solo. Le succès n’est cette fois pas au rendez-vous. En 2006 Corine sort une biographie ''Le Fil Du Temps''. Elle y couche sans fausse pudeur sa vie, son éducation, sa jeunesse, sa culture, puis surtout Téléphone et sa fin.

Après la dissolution, Corine est écartée de toute recomposition du groupe, principalement à cause de ses mauvais rapports avec Jean-Louis Aubert. Car les trois autres membres continuent à faire de la musique ensemble, ils sont remontés sur scène récemment pour reprendre leurs tubes. Ils s’appellent désormais : Les Insus, parce qu’ils n’ont pas le droit de reprendre le nom Téléphone sans Corine. Dommage… On aurait adoré revoir la formation originale. Corine avec sa féminitude donnait une véritable dimension en plus au groupe sur scène. Les Insus… Portables ?

En partenariat avec

Télépro

Sur le même sujet

Kate Bush, Le Grand Retour !

Ladies in Rock

Linda Ronstadt, une carrière hors norme !

Ladies in Rock

Articles recommandés pour vous