Entrez sans frapper

Corn-flakes et masturbation, quel rapport ? Les réponses de Joëlle Scoriels

Corn-flakes et masturbation : une affaire pâteuse

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

04 févr. 2022 à 14:41Temps de lecture4 min
Par Joëlle Scoriels

Joëlle Scoriels parcours le langage et plus précisément sa "La La Langue". Elle s'intéresse aux corn flakes. Une histoire pâteuse ? À vous de juger.

 

La dernière fois qu’on s’est vus dans ce studio de charme, je vous avais parlé, avec ma célèbre profondeur (sombre, moite et caverneuse), de la journée mondiale du pop corn.

Mais c’est trop dommage : je ne vous ai rien dit des corn-flakes, et donc de la masturbation !

Si, il y a un rapport. " Pop corn ", souvenez-vous, c’est du " maïs qui pop " ; " corn flakes ", ça sont des " flocons de maïs " ; " masturbation " : vous allez voir si ça " pope " ou si ça " floconne ".

Voici donc l’addendum à ma dernière chronique, que vous n’attendiez pas du tout.

 

Tout d’abord, soyons proches de vraies préoccupations des gens : comment réaliser vos propres corn-flakes à la maison avec vos enfants préférés.

Il vous faut, tout simplement : du maïs, et du sucre.

Commencez par cuire vos grains de maïs à la vapeur. Ils dégénèrent en une espèce de bouillie. Ensuite aplatissez-les. Ils forment à présent un couche blanchâtre, pâteuse et collante. Et franchement ça a l’air complètement raté.

Vos enfants vous regardent : évitez de fondre en larmes et de vous rouler en boule en-dessous de la table de la cuisine. Envoyez-les jouer sur un terrain vague, avec un bout de ficelle et un bâton, et qu’ils ne reviennent qu’une fois qu’ils seront bien calmés.

Pendant ce temps, allumez votre four, et ouvrez votre boîte de corn-flakes industriels. Si jamais vos enfants rentrent un jour à la maison (mais j’en doute), sortez alors du four la plaque brûlante, sur laquelle vous aurez dispersé les pétales de maïs industriels, et peignez sur votre figure l’expression d’un triomphe modeste et chaleureux.

Succès garanti ! Merci qui ?

 

" Mais ! Mais ! Et ma masturbation ?! " crie Jérôme, avec son orifice buccal tout rouge, et son œil luisant.

Me voici, cher patron. Bonne pour le service. Enfin, je veux dire.

Cette recette secrète des corn-flakes, que je viens de vous confier, fut inventée par erreur, comme moi ; et par le Docteur John Harvey Kellogg.

Kellogg était un médecin et chirurgien adventiste, né dans le Michigan en 1852.

Les adventistes, ce sont des chrétiens d’Amérique du Nord, plus chrétien que ça tu meurs, puisque leur idée, c’est que Christ va vraiment revenir parmi nous.

D’où le nom " adventiste " : " advent " est un mot anglais (mais venu du français), qui veut dire ‘avènement’. Il y a eu le premier avènement du Christ, en l’an zéro ; il y en aura un deuxième : il va descendre vers nous en utilisant les nuées du ciel comme un escalier, cette fois ça sera la bonne, et le monde sera une grand coulée de miel, de lait et d’amour sauvageon, coulant en une grande coulée qui coule.

 

Bref, nous avons notre bon docteur Kellogg, et il a plein de bonnes idées de régimes pour soigner ses patients : il proscrit les viandes, fromages, graisses, café, alcools, ainsi que, en sa qualité d’adventiste chevronné : le plaisir charnel ; parce que faut vous dire, monsieur, que chez ces gens-là, on ne couche pas : on prie.

On dit que Kellogg lui-même aurait pris grand soin de n’avoir jamais aucune relation sexuelle avec son épouse.

Il était même de ceux qui soutenaient que la masturbation, en particulier, générait des maladies urinaires, des utérus cancéreux, des impuissances, des folies, un tas de dérèglements physiques mais aussi psychiques, et que, à l’extrême, elle revenait à se donner la mort de ses propres mains, littéralement.

 

Heureusement, Kellogg avait des idées concrètes pour nous aider à guérir de la tentation masturbatoire. Pour les filles : du phénol (une espèce d’antiseptique) à appliquer sur le clitoris. Pour les garçons : la circoncision généralisée. Ou bien on peut, propose-t-il, leur coudre le prépuce. Il a également mis au point une cage destinée à couvrir le sexe des jeunes adolescents. Le système fut breveté.

 

Chers auditeurs de toutes les formes et de toutes les couleurs : il ne faut pas reproduire ces cascades à la maison. En plus, il n’est pas prouvé que la masturbation nuise.

Regardez les membres de notre équipe…

Et après, regardez leurs mains… Les mains de l’un sont si douces… celles de l’autre, si calleuses… Des mains taillées pour empoigner leur, la, par la peau du qu, du cou, du

Pardon.

 

Mais donc, le bon docteur Kellogg était également convaincu que le régime alimentaire avait un impact sur les désirs sexuels. Il pensait qu’une alimentation maigre et pauvre en assaisonnement pouvait dégonfler certains élans.

Un jour, par accident, en voulant faire bouillir du blé pour ses patients, oh, miam miam, du bon blé bouilli, il a raté la cuisson, il a obtenu une flaque pâteuse, et il a voulu récupérer le coup en la mettant au four – et c’est là que, surprise, le ratage s’est transformé en flocons de blé croquants – qu’il a servis sans hésiter à ses patients.

Il a renouvelé l’expérience avec du maïs, en étant bien certain que ça ferait partie du faisceau de mesures qui décourageraient ses malades de se toucher les chairs tendres.

 

Voilà toute l’histoire des corn-flakes du bon docteur Kellogg, qui garnissent les tables du petit déjeuner dans le monde entier. Du maïs bouilli puis grillé, pour soigner nos désordres masturbatoires.

J’attends vos témoignages. Et vous, quand vous consommez vos Kellogg’s, mouillés de lait, est-ce que vous sentez votre libido devenir bien flasque comme il faut ?

 

Bon, il y a une chose triste : on n’a rien appris de bien linguistique, et en plus je vous ai parlé d’un terme anglais. Rattrapage équilibriste de dernière minute sous vos yeux : saviez-vous que le mot " flirt ", un autre anglicisme, vient en fait du français " fleurette ", dans l’expression " conter fleurette " ?

Et voilà, vous me chérissez de nouveau ! Vite, vite, on se calme avec un bon bol de corn-flakes !

Sur le même sujet

En mai, c’est le mois de la masturbation

Tendances Première

Articles recommandés pour vous