Coronavirus

Coronavirus à Shangaï : malgré la montée des cas, les autorités relâchent partiellement la pression

L'invité dans l'actu avec Valentin Abeille

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

La Chine est confrontée à la pire vague de coronavirus depuis l’apparition de la maladie sur son territoire, il y a maintenant plus de deux ans. L’inquiétude se concentre désormais sur la ville de Shanghai, confinée depuis plus de deux semaines. Là-bas, les contaminations repartent la hausse. Hier, plus de 25.000 cas étaient recensés. Pourtant, les autorités commencent à relâcher la pression sur une partie de la population. "Certains habitants de la métropole ont été autorisés à sortir de chez eux pour prendre l’air frais et faire une petite balade. Mais pas question d’aller trop loin", explique Valentin Abeille, correspondant de la RTBF à Pékin. "De toute façon, tous les commerces sont encore majoritairement fermés et les routes encore désertées. Pour bénéficier de cette carte blanche, il faut faire partie des 7000 résidences qui n’ont pas recensé de cas de contamination lors des quatorze derniers jours."

Pour l’ambassade américaine cependant, pas question de rester plus longtemps en Chine. Et pour cause, les conditions d’isolement ne sont pas favorables au recul de l’épidémie. "Sous l’égide de sa politique zéro covid, la Chine place toutes les personnes contaminées à l’isolement dans des lieux dédiés, même les cas asymptomatiques", explique Valentin Abeille.

"La ville de Shanghai a réquisitionné les hôtels et les enceintes de sport pour accueillir des personnes contaminées. Elle a aussi transformé son centre des expositions, qui peut désormais recevoir 50 000 patients. Mais souvent, les conditions sont très sommaires, entre toilettes en panne et promiscuité entre les malades.

 

Protestations citoyennes

L’ambassade américaine n’est pas la seule à s’opposer à la gestion de la crise chinoise. Récemment, la population a protesté contre les difficultés à trouver de la nourriture mais aussi contre mesures de confinement des autorités qui visaient entre autres à séparer les parents sains des enfants contaminés. "Les autorités sont finalement revenues sur cette décision qui avait éminemment choqué", clarifie le journaliste.

La Chine maintient sa politique "Zéro covid"

Sur le même sujet

À Shanghaï, l’exode de la jeunesse chinoise face aux restrictions covid

Coronavirus

Zéro Covid : comment les Chinois déjouent la censure du web

Monde Asie

Articles recommandés pour vous