Coronavirus aux Pays-Bas : les autorités serrent la vis avec un lockdown "light" de 3 semaines

© © Tous droits réservés

12 nov. 2021 à 18:34Temps de lecture1 min
Par A.T.

Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a annoncé ce soir un nouveau lockdown temporaire aux Pays-Bas. Il commencera ce samedi 13 novembre demain et durera trois semaines. Le gouvernement prend ces mesures pour contrer le nombre record de nouvelles infections. Dans certaines régions du pays, les hôpitaux ont encore du mal à faire face à l’afflux de patients.

L’annonce du Premier ministre Rutte était attendue après l’annonce d’un nombre record de plus de 16.000 nouvelles contaminations ce jeudi.

Il ne s’agit pas d’un lockdown intégral, mais plutôt d’un certain nombre de nouvelles mesures. Les magasins non essentiels devront à nouveau fermer leurs portes entre 18 heures et 6 heures du matin. Idem pour le secteur de la restauration et les magasins d’alimentation qui fermeront leurs portes à partir de 20 heures.

Les Néerlandais sont invités à ne pas recevoir plus de quatre personnes à la maison et le télétravail est recommandé dans la mesure du possible. Les cinémas et les théâtres resteront ouverts et les matchs sportifs pourront toujours avoir lieu, mais sans public.

Retour de la distanciation sociale

Dans tous les lieux où le pass sanitaire ne s’applique pas, la distanciation d’un mètre et demi redevient la règle, explique Mark Rutte lors d’une conférence de presse : "Au restaurant, votre pass sanitaire sera contrôlé et le 1,5 mètre ne s’applique donc pas. Mais si vous vous promenez avec vos amis dans un parc ou si vous allez faire du shopping, alors gardez une distance d’un mètre et demi."

Ces règles vont durer minimum 3 semaines, mais le Premier ministre néerlandais n’exclue pas une prolongation : "Le nombre de contaminations doit de préférence de plus de 20%. Nous nous attendons à atteindre cet objectif avec ces mesures."

 

Journal télévisé du 12/11/21

Sur le même sujet

Pays-Bas : nouvelles arrestations après une quatrième nuit de tensions

Pourquoi cette "orgie de violence" aux Pays-Bas ? "Une pandémie de frustrations", selon des experts

Monde

Articles recommandés pour vous