RTBFPasser au contenu
Rechercher

Coronavirus

Coronavirus dans le monde ce 3 novembre : 11 millions de cas en Europe, de nouvelles mesures restrictives

03 nov. 2020 à 20:15Temps de lecture3 min
Par AFP

Nouveaux bilans, nouvelles mesures et faits marquants : un point sur les dernières évolutions de la pandémie de Covid-19 dans le monde.

L'Europe est le continent où la pandémie progresse le plus actuellement et a passé le cap des onze millions de cas, selon un comptage réalisé par l'AFP à partir de sources officielles mardi à 13H30 GMT. 284.148 décès y ont été enregistrés.

Nouvelles restrictions en Europe 

Plusieurs pays européens imposent mardi un nouveau tour de vis: l'Autriche vit sous couvre-feu à partir de ce soir et limite la vie sociale, quelques heures seulement après l'attentat qui a frappé Vienne dans la nuit de lundi à mardi, tandis que les régions les plus peuplées de Grèce, dont Athènes, ferment commerces non-essentiels et restaurants.

Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a annoncé un durcissement des restrictions en vigueur aux Pays-Bas depuis la mi-octobre, avec la fermeture des musées, cinémas et autres lieux accueillant du public pour deux semaines.

Un sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE se tiendra le 19 novembre sur le Covid par visioconférence, a annoncé mardi le Conseil européen.

Plus de 1,2 million de morts 

La pandémie a fait plus de 1,206 million de morts dans le monde depuis fin décembre, selon un bilan établi par l'AFP mardi à 11H00 GMT. Plus de 46,9 millions de cas ont été officiellement comptabilisés, dont plus de 31,1 millions ont été guéris.

Les Etats-Unis comptent le plus de morts (231.566), devant le Brésil (160.253), l'Inde (123.097), le Mexique (92.100) et le Royaume-Uni (46.853).

Un nouveau couac en France

La France a enregistré mardi 36.330 contaminations supplémentaires au coronavirus en 24 heures, contre 52.518 la veille, selon les données fournies par les autorités sanitaires qui font également état d'une forte dégradation concernant la mortalité du SARS-CoV-2. Le nombre de nouveaux décès s'élève à 854, un bilan qui prend à la fois en compte l'augmentation sur 24 heures des décès en milieu hospitalier (+426) et la mortalité dans les Ehpad (+428), actualisée deux fois par semaine, les mardis et vendredis.

Au total, l'épidémie a touché 1.502.763 personnes et fait 38.289 morts en France depuis le début de la crise sanitaire.

Après la polémique et les volte-face sur l'ouverture des commerces, le gouvernement a connu mardi un nouveau couac avec l'annonce, aussitôt démentie, de l'imposition d'un couvre-feu à Paris.

Depuis l'entrée en vigueur du nouveau confinement vendredi, il y eu 14.000 verbalisations sur 100.000 contrôles à travers le pays, a déclaré le porte-parole du gouvernement, et "au regard de ces situations, nous allons réinstaurer un couvre-feu sur Paris et peut-être l'Ile-de-France".

Une telle mesure n'est "absolument pas décidée à ce stade", a démenti quelques minutes plus tard le gouvernement. Les premiers chiffres "attestent d'un respect du confinement" réimposé depuis vendredi, a par ailleurs déclaré le ministre de la Santé.


Dépistage massif et rapide à Liverpool 


La ville de Liverpool (nord de l'Angleterre) va bénéficier d'un programme de dépistage massif du coronavirus, qui pourrait être étendu pour accompagner un déconfinement en cas de succès, une première en Angleterre.

A partir de vendredi, les quelque 500.000 habitants, ainsi que ceux qui travaillent dans la ville, se verront proposer des dépistages réguliers et rapides, qu'ils présentent ou non des symptômes.


Chute du tourisme en Espagne 

L'Espagne, deuxième destination touristique mondiale, a vu le nombre de visiteurs étrangers s'effondrer de 75% sur un an durant les neuf premiers mois de 2020, selon les chiffres officiels publiés mardi.

L'Espagne, l'un des pays européens les plus endeuillés par la pandémie, n'a accueilli que 16,8 millions de touristes entre janvier et septembre, contre 67 millions à la même époque en 2019.


L'Ukraine "proche d'une catastrophe" 

L'Ukraine est "proche d'une catastrophe" sanitaire en raison de la progression fulgurante de l'épidémie, du manque de lits et de personnel médical, a averti mardi le ministre de la Santé. 

"Nous avons franchi le point de non-retour et sommes proches d'une catastrophe", a déclaré Maksym Stepanov devant les députés, prévenant que "le pire est à venir".
 

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous