RTBFPasser au contenu
Rechercher

Coronavirus en Belgique ce 14 janvier : "Nous sommes encore actuellement en phase exponentielle de cette cinquième vague"

14 janv. 2022 à 05:23 - mise à jour 14 janv. 2022 à 11:10Temps de lecture4 min
Par Estelle De Houck

"Nous sommes encore actuellement en phase exponentielle de cette cinquième vague." C’est ainsi qu’Yves Van Laethem a débuté, ce vendredi matin, la conférence de presse de Sciensano, l’Institut Scientifique de Santé Publique. D’après le porte-parole interfédéral Covid-19, nous n’avions jamais connu une circulation virale aussi importante jusqu’à présent.

Du point de vue des contaminations journalières, nous avons battu de nouveaux records cette semaine. "Lundi, nous avons presque atteint les 38.000 contaminations. Il est également fort probable que mardi et mercredi (chiffres non consolidés), il y ait plus de 30.000 contaminations par jour", précise Yves Van Laethem.


►►► À lire aussi : Phase 3, phase 4 : le plan de bataille (qu’on espère inutile) des hôpitaux contre Omicron


Il se pourrait d’ailleurs que le nombre de contaminations soit sous-estimé par rapport à la réelle circulation virale dans la population. C’est en tout cas ce que suggère le taux de positivé, qui est actuellement de 28%.

A noter toutefois que la croissance s’est légèrement ralentie. "On est plutôt sur une tendance à la diminution par rapport à la semaine précédente. Mais ceci reste une augmentation importante."

Augmentation des cas chez les 10-20 ans

Cette augmentation se remarque dans toutes les tranches d’âge. Mais les croissances les plus importantes apparaissent chez les personnes entre dix et vingt ans, avec une augmentation de +124%.

"Si les vingt à trente ans constituaient jusqu’à il y a peu un quart du total des nouvelles contaminations, les dix à vingt ans vont très probablement les remplacer assez rapidement si cette tendance continue à s’afficher", analyse le porte-parole interfédéral Covid-19.

Omicron domine

Sans surprise, le variant Omicron représente la majorité les contaminations. Mais attention, "il domine, mais il ne prend pas toute la place", précise Yves Van Laethem.

"Comme dans d’autres pays, on constate un certain plafonnement pour l’instant. Omicron représente 88,5% des souches qui sont typées. Ce qui veut dire qu’il nous reste là 11,5% à peu près d’infections actuelles qui sont liées au variant Delta." Omicron n’a donc pas totalement balayé le variant Delta.

Quid des hospitalisations ?

Quant aux hospitalisations, elles sont elles aussi en croissance avec 183 admissions par jour en moyenne. Il s’agit donc d’une augmentation de 7%. "On est donc très loin de la hausse de 71% que l’on a pour les contaminations", rassure Yves Van Laethem.

Ces nouvelles admissions, en croissance depuis la période des vacances de Noël, semblent toutefois se ralentir. 


►►► À lire aussi : Aucun patient Omicron dans les soins intensifs à Bruxelles : est-ce la preuve qu’Omicron est définitivement moins sévère ?


Au niveau de l’occupation des lits de soins intensifs, 406 lits sont actuellement occupés par des patients Covid. Il s’agit d’une baisse de 14% par rapport à la semaine précédente. "Cette diminution en soins intensifs se maintient de manière plus prolongée que ce que l’on avait espéré. Et c’est clairement un bon signal."

Les maisons de repos et de soins

"Globalement, dans les maisons de repos et de soins, tant les contaminations que les hospitalisations et les décès sont relativement peu nombreux", analyse Yves Van Laethem. Pour autant, il note une certaine tendance à l’augmentation.


►►► À lire aussi : De A comme Afrique du Sud à Z comme Zinc, tout ce qu'on sait (ou pas) sur le variant Omicron du Covid-19


"La proportion des résidents de maisons de repos qui sont admis à l’hôpital s’est légèrement accrue et est passée de 2,3 à 3,7%. Il y a donc un certain impact, mais qui reste beaucoup plus faible que ce qu’on a dû déplorer durant la période prévaccination où ils dépassaient largement les 15%", conclut le porte-parole interfédéral Covid-19.

Les chiffres du jour
Les chiffres du jour Sciensano

Les chiffres consolidés du tableau de Sciensano

Note : ces chiffres sont tirés des données actualisées publiées par Sciensano en open data et mises sous forme de tableau ici.

Cas détectés¹ : entre le 04/01 et le 10/01, 23.642 nouvelles infections au coronavirus ont été détectées en moyenne chaque jour. C’est une hausse de 71% par rapport à la semaine précédente.

Tests : entre le 04/01 et le 10/01, une moyenne de 86.919 tests ont été effectués quotidiennement, un total en hausse de 27% par rapport à la semaine précédente.

Admissions : elles s’élèvent en moyenne à 183,3 entre le 07/01 et le 13/01. C’est une augmentation de 7% par rapport à la semaine précédente.

Personnes hospitalisées² : 2040 patients sont actuellement hospitalisés en lien avec le Covid-19, dont 406 patients traités en soins intensifs.

Taux de positivité³ : sur la base des résultats des tests obtenus entre le 04/01 et le 10/01, il est de 28,0%, en hausse de 8,1% par rapport à la semaine dernière.

Taux de reproduction : calculé sur la base de l’évolution des admissions, le Rt du coronavirus s’établit aujourd’hui à 1,04. Lorsqu’il est supérieur à 1, cela signifie que la transmission du virus s’accélère.

Décès : entre le 04/01 et le 10/01, 18,9 personnes sont décédées en moyenne des suites du virus. Depuis le début de l’épidémie, 28.589 personnes sont mortes du coronavirus.


¹ Les cas détectés sont le nombre de patients pour lesquels un test positif a confirmé la présence du virus. La date qui est considérée est celle du diagnostic, pas du résultat du test. Les données sont considérées comme consolidées après 4 jours. Le nombre de cas peut dépendre en partie de la stratégie de testing : si on teste plus systématiquement, on détecte aussi plus de cas.

² Dans les personnes hospitalisées sont comptabilisés des patients déjà hospitalisés pour une autre raison, et qui ont effectué un test positif.

³ Le taux de positivité est le nombre de tests positifs par rapport au nombre de tests effectués. Une même personne peut être testée plusieurs fois. Il dépend lui aussi de la stratégie de testing : si on ne teste pas assez, le taux de positivité va être plus élevé.

Sur le même sujet

Coronavirus en Belgique : la plupart des contaminations concernent le secteur de l’aviation, selon un rapport

Coronavirus

De A comme Afrique du Sud à Z comme Zinc, tout ce qu'on sait (ou pas) sur le variant Omicron du Covid-19

Coronavirus

Articles recommandés pour vous