Coronavirus

Coronavirus en Belgique : les pharmaciens autorisés à prescrire et à administrer le vaccin

15 févr. 2022 à 13:33 - mise à jour 15 févr. 2022 à 15:54Temps de lecture2 min
Par Estelle De Houck, Johanne Montay et Agences

Les pharmaciens vont être autorisés à administrer des vaccins contre le Covid-19. La commission de la santé de la Chambre a donné mardi son feu vert à un projet de loi en ce sens porté par le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke (Vooruit).

Le projet de loi stipule que les pharmaciens en officine pourront prescrire et administrer des vaccins contre le coronavirus, suivant ainsi une recommandation de la Task Force Vaccination déjà formulée l’année dernière.

Il réglemente uniquement la vaccination des patients adultes et contre le Covid-19. Il n’est pas prévu d’étendre le dispositif à d’autres vaccins, comme la grippe. Le texte n’a également rien à voir avec une éventuelle suppression progressive des centres de vaccination, a précisé Frank Vandenbroucke. Ce point doit encore être discuté au sein de la Task Force et en conférence interministérielle.

Les pharmaciens recevront un remboursement correct pour l’administration des vaccins, mais cet élément est encore en discussion avec les entités fédérées, a ajouté le ministre.

Pour nous, c’est une bonne nouvelle

"Pour nous, c’est une bonne nouvelle", se réjouit le responsable communication de l’Association pharmaceutique belge. "Cela faisait déjà quelque temps qu’on espérait pouvoir le faire. Maintenant on attend la suite du processus législatif."

Plus d’un tiers des pharmaciens déjà formés

Une formation a été proposée à destination des pharmaciens qui souhaitaient pouvoir vacciner. "A l’heure actuelle, on a déjà formé 4100 pharmaciens", se félicite le responsable.

Les pharmaciens amenés à vacciner auront donc suivi des cours, tant théoriques que pratiques. Par ailleurs, chaque pharmacien aura reçu sa feuille de route, inspirée de ce qui a été fait dans les centres de vaccination. "Dans ce document, on reprend toutes les procédures opérationnelles pour pouvoir conserver, préparer et injecter correctement le vaccin."

De quoi poursuivre la vaccination contre d’autres maladies ? "Cela commence par le covid, effectivement. Maintenant on est disponibles pour vacciner d’autres pathologies", répond le responsable. "Le fait d’ouvrir le canal des pharmacies permet peut-être aussi de donner la possibilité aux gens de se faire vacciner contre d’autres pathologies."

A noter que certaines choses doivent encore être mises en place, comme la distribution des vaccins dans les officines. "Dans le projet pilote, la distribution se fait à partir des hôpitaux vers les pharmacies."

Dans d’autres pays, on voit que cela conduit à une augmentation des taux de vaccination

L’Association belge des syndicats médicaux (Absym) s’oppose quant à elle à la vaccination par les pharmaciens, car, à ses yeux, la vaccination ne peut normalement être effectuée que par des médecins ou des infirmières.

Selon Frank Vandenbroucke, il n’y a pas de concurrence entre les deux professions. "Dans d’autres pays, on voit que cela conduit à une augmentation des taux de vaccination, et les généralistes administrent aussi plus de vaccins."

Omicron : plan d’urgence des pharmaciens (JT 20/01/2022)

Sur le même sujet

Coronavirus : l'ABSyM devant la Cour constitutionnelle contre la vaccination par les pharmaciens

Belgique

"L’Europe va détruire 55 millions de doses de vaccin, ce qui est plus que ce qu’elle n’en a donné à l’Afrique", alertent des ONG

Matin Première

Articles recommandés pour vous