Coronavirus en Europe: quel pays masque ses enfants ?

Des élèves de l'école De Valke à Lichtervelde

© BELGA KURT DESPLENTER

15 nov. 2021 à 14:49 - mise à jour 15 nov. 2021 à 18:16Temps de lecture5 min
Par Jean-François Herbecq

Le port du masque obligatoire dès 9 ans en Belgique (12 ans jusqu’à présent) : c’est une des mesures préconisées par les experts du GEMS aux gouvernements dans notre pays. Dans tous les lieux publics et donc dans les écoles primaires, à partir de la quatrième, qui seraient donc logées à la même enseigne que le secondaire pour faire barrière à la transmission du coronavirus. Une obligation de porter le masque pour les plus jeunes qui se retrouve à différents niveaux dans d’autres pays européens, accompagnée ou non d’une vaccination. On le sait, le ministre fédéral de la Santé Frank Vandenbroucke plaide pour un usage généralisé du masque dès 9 ans et est favorable à la vaccination des enfants de 6 à 11 ans dès que l’Agence européenne des médicaments aura donné son feu vert. Tour d’horizon rapide des mesures anti-covid pour les enfants au moment où la situation épidémique se dégrade en Europe.

L’Organisation mondiale de la Santé recommande l’utilisation du masque à partir de 12 ans, et pour les écoliers de 6 à 11 ans sous supervision. Les masques n’ont pas d’impact sur la respiration des enfants sauf exceptions spécifiques. L’utilisation de masques chez les enfants de moins de 6 ans n’est pas recommandée, notamment parce que les expressions faciales sont importantes pour leur apprentissage social et émotionnel.

Vaccination de mineure au Paraguay

La vaccination des plus jeunes est soumise à un processus de validation au niveau européen. Pour l'instant, on ne peut se faire vacciner qu'à partir de 12 ans au moyen de deux vaccins approuvés (de Pfizer/BioNTech et Moderna). Pfizer/BioNTech annonce des résultats d'étude positifs pour la vaccination des enfants âgés de 5 à moins de 12 ans et a obtenu un agrément d'urgence aux USA pour cette tranche d'âge le 29 octobre. En Europe, le processus d'approbation est en cours (demande le 15 octobre 2021, décision prévue le 29 novembre).

Ce vaccin est différent du classique pour adultes (qui contient 30 microgrammes d'ARNm), la variante pour les 5 à 11 ans n'en contient que dix microgrammes.

Moderna doit encore recevoir le feu vert de la Commission pour l'utilisation à partir de 12 ans. Les autres producteurs sont moins avancés, leurs études sont menées d'abord hors de l'Union. 

Tour de vis sur les masques, pas encore sur les vaccins

En France, c’est à partir de ce lundi 15 novembre que le port du masque est de nouveau obligatoire à l’école élémentaire (primaire) sur tout le territoire. Jusqu’à présent, seuls les écoliers les plus âgés (9-11 ans) de CM1 et CM2 devaient le porter dans 61 départements. Le masque en primaire n’était plus obligatoire en France depuis la rentrée de septembre dans les départements les moins touchés par l’épidémie.

La vaccination des enfants n'est pas à l'ordre du jour, la balance bénéfice-risque étant incertaine. Le ministre de la Santé Olivier Véran attend l'avis de l'Agence européenne des médicaments, avant que les agences nationales fassent de même : pas de décision prévue avant la fin 2021, voir début 2022.

Au Luxembourg, le port du masque est obligatoire à partir de 6 ans dans les lieux publics fermés sauf avec le passe sanitaire baptisé CovidCheck. Le port du masque est même interdit aux enfants de moins de deux ans et déconseillé aux enfants de moins de 6 ans. Les enfants ne doivent pas porter le masque lorsqu’ils sont assis à l’école, en extérieur et pendant les cours d’éducation physique. Le choix de tomber le masque reste individuel, chacun peut donc rester masqué.

Il n'y a pas d'obligation de vaccination au Grand-Duché, mais celle des adolescents est prévue à partir de 12 ans (avec le vaccin Pfizer/BioNTech validé par l'Union européenne pour les 12-15 ans). Celle des enfants serait uniquement envisagée pour atteindre l'immunité collective, ici aussi, avec des Pfizer/BioNTech pour enfants et moyennant un feu vert européen attendu ces jours-ci et avec les premières livraisons en décembre. Une pétition contre les vaccins pour enfants remporte un certain succès au Luxembourg.

Aux Pays-Bas, la situation a conduit le gouvernement à resserrer la vis début novembre et à opter pour un confinement light qui prévoit l’obligation du masque dans de nombreux endroits dont l’enseignement supérieur. Primaire et secondaire sont donc exemptés. Le masque est obligatoire à partir de 13 ans dans les lieux publics et interdit en dessous de 3 ans.

La vaccination des 12-17 ans est possible, avec l'accord des parents jusqu'à 16 ans. Ici aussi, on attend que l'Agence européenne se prononce sur la vaccination des plus jeunes, mais le débat agite déjà les partisans et les adversaires, avec au centre des discussions, le rapport bénéfice-risque et les droits des enfants.

En Allemagne, l’obligation de porter le masque pour les enfants dans les espaces publics dépend du Land et des circonstances. Le type de masque, chirurgical, tissu, FFP2/3 varie aussi. En général, les enfants de moins de 6 ans ou les enfants d’âge préscolaire en sont exemptés. Dans tous les cas, les masques sont interdits en dessous de deux ans ou pour dormir à cause du risque d’étouffement. La tendance est jusqu’à présent à moins imposer le masque à l’école : après la Bavière, Berlin et Brandebourg, les masques ont aussi disparu fin octobre dans les écoles de Rhénanie du Nord-Westphalie et du Schleswig-Holstein.

Comme ailleurs en Europe, des vaccins pour les moins de 12 ans pourraient être disponibles à partir du premier trimestre 2022, pas avant.

En Suisse, le port du masque ne concerne pas les enfants de moins de 12 ans, sous réserve de mesures cantonales. Les cantons peuvent l’imposer dès le primaire et plusieurs cantons alémaniques ont franchi le pas en raison de la situation épidémiologique.

Malgré des oppositions, la Confédération envisage d'imiter les Etats-Unis et d'injecter des vaccins un jour au 5-11 ans mais pas avant l'an prochain.

En Autriche, c’est le confinement pour les non-vaccinés qui fait l’actualité. Le pays fortement touché par la quatrième vague et lanterne rouge de la vaccination en Europe de l’ouest n’autorisait déjà depuis le 8 novembre l’accès aux hôtels, restaurants, lieux de loisirs et de sport, sites culturels, téléphériques (à partir du 15 novembre), marchés de Noël, services proches du corps (par exemple, un coiffeur) et événements réunissant 25 personnes ou plus qu’aux personnes vaccinées ou guéries, soit la règle des 2G (geimpft - genesen) à la place des 3G (geimpft - genesen – getestet).

A partir de ce lundi 15 novembre, ces mêmes personnes sont en outre confinées à domicile et ne peuvent sortir que pour aller travailler, se promener, faire du sport, faire leurs courses ou se faire soigner dans Bref, être testé négatif ne suffit plus. Et de plus le masque FFP2 est obligatoire à partir de 14 ans, les masques chirurgicaux ou en tissu ne suffisent pas. Mais les enfants de moins de douze ans sont exemptés de l’obligation de présenter une preuve de vaccination ou de guérison, sauf à Vienne : le dépistage est obligatoire dès l’âge de 6 ans.

En Italie, le masque doit être porté dès 6 ans s'il n'est pas possible de maintenir la distance physique. Il est possible mais pas obligatoire de le mettre dès l'âge de deux ans. A l'école, il est de mise dans les espaces communs et en classe, mais plus une fois assis en primaire.

L'Italie attend aussi la décision européenne pour vacciner à partir de 12 ans.

Loading...

En Israël, le masque doit être porté à partir de 7 ans dans les lieux publics fermés depuis cet été.

Dans ce pays champion de la vaccination et notamment de la 3ème dose, dite "booster", la vaccination des enfants est autorisée à partir de 5 ans. Les 12-17 ans étaient déjà invités à se faire vacciner, sur base volontaire depuis décembre dernier. La date du début de cette campagne pour les 5 à 11 ans sera bientôt annoncée. Le vaccin Pfizer-BioNTech sera utilisé. L’objectif est de garder les écoles ouvertes. Israël suit en cela l’exemple des Etats-Unis.

Loading...

Sur le même sujet:

Sur le même sujet

Coronavirus en Italie : le Sud-Tyrol soumis à un couvre-feu

Pas de masque pour les élèves en Wallonie et à Bruxelles : "Le rôle fondamental de l’école a été rappelé"

Articles recommandés pour vous