Coronavirus : guerre des loyers de l'Horeca dans les centres commerciaux

Coronavirus: guerre des loyers de l'horeca dans les centres commerciaux

© Tous droits réservés

Les centres commerciaux ont rouvert mais l’horeca à l’intérieur doit toujours se limiter à des plats et boissons à emporter. Certains propriétaires ont annulé trois mois de loyer pour aider les petits commerçants. Mais pas partout. A Mons et à Charleroi, cette situation commence à faire grincer des dents.

Ottavio Stefano gère trois points de vente Horeca à Charleroi. Notamment un dans le centre commercial Ville 2 et un autre dans Rive gauche. Il est donc bien placé pour comparer la réaction des propriétaires. "A Ville 2, ils ont annulé les loyers. Et même maintenant qu’on peut refaire des consommations à emporter, ils nous annulent ou nous réduisent le loyer en fonction de nos rentrées. À Rive Gauche, rien. Aucune communication du propriétaire."

En réaction, dix commerçants Horeca de Rive gauche restent fermés. Ils ne proposent pas de plats ou de boissons à emporter. Ce qu’ils étaient prêts à faire pour dynamiser la galerie même si c’est du travail à perte. Et ce genre de tension, on la retrouve aussi aux Grands Prés à Mons où Marc Lambert refuse de payer le loyer. " C’est un bail commercial qui est basé sur la mise à disposition d’un local qui permet une exploitation et cette exploitation permet de payer le loyer. À partir du moment où nous n’avons pas accès au local, je ne vois pas pourquoi nous devrions payer le loyer."

Des batailles juridiques et des négociations s’annoncent. Tout le monde veut minimiser ses pertes face à la crise du coronavirus. De son côté le gestionnaire du centre commercial Rive Gauche explique que le propriétaire est en train d’analyser la situation. Il devrait apporter une réponse prochainement.

Sur le même sujet

Alexander De Croo a-t-il remis en cause l’existence du secteur Horeca en Belgique ?

Articles recommandés pour vous