Coronavirus : Latitude Jeunes dénonce l'image négative dont souffrent les jeunes dans les médias

L'organisation de jeunesse partenaire de Solidaris, dénonce la stigmatisation par les médias.

© CRISTINA QUICLER - AFP

11 sept. 2020 à 13:37Temps de lecture2 min
Par Belga

Latitude Jeunes, organisation de jeunesse partenaire de Solidaris, dénonce vendredi dans un communiqué la stigmatisation par les médias du comportement des jeunes lors de la crise sanitaire provoquée par le coronavirus. Elle salue également les jeunes qui s'engagent avec elle "pour donner accès à des vacances à des milliers d'enfants chaque année", réalisant "un travail d'une qualité remarquable".

"Si d'aucuns se permettent de qualifier 'la jeunesse' d'irresponsable sur base de l'attitude de certains, alors nous voulons également la qualifier de citoyenne, solidaire et responsable sur la base de l'attitude du plus grand nombre", écrit l'association qui a réalisé en mai un sondage auprès de 500 jeunes francophones. Les résultats de l'enquête montrent que la majorité des répondants regrettent l'image des jeunes, "négative et tronquée", véhiculée dans les médias.

Des jeunes comme s'il s'agissait d'un groupe unique

Estimant qu'il est dangereux et mensonger de faire une généralisation en parlant "des jeunes comme s'il s'agissait d'un groupe unique", Latitude Jeunes déclare que "si les jeunes ont été les plus contrôlés et mis à l'amende pour non-respect du confinement, ce n'est pas forcément parce qu'ils respectaient moins les règles que les adultes". L'association avance l'hypothèse selon laquelle les adultes fautifs pouvaient peut-être mieux se défendre face à un représentant de l'ordre ou être plus discrets en se rassemblant chez eux plutôt que dans un parc, par exemple. L'organisation affirme par ailleurs que les attitudes des jeunes observées cet été sur le terrain, au cours des plaines et séjours résidentiels, "diffèrent largement de l'image que veulent donner les médias".

"On a entendu pas mal de discours anti-jeunes pendant cette période de crise, alors que la grande majorité s'applique à respecter les règles imposées", complète le délégué général des Droits de l'enfant (DGDE), Bernard De Vos, confirmant le constat de Latitude Jeunes. "La Première ministre et le gouvernement ne se sont jamais directement adressés à eux, ils ont été oubliés et niés. La communication (des autorités) est catastrophique, elle n'est jamais positive à l'égard des enfants et des jeunes".

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous