Coronavirus: le CD&V se prononce en faveur de l'obligation vaccinale pour tous

© Tous droits réservés

Le CD&V s'est exprimé mercredi au Parlement flamand en faveur de l'obligation vaccinale généralisée. Le ministre flamand de la Santé, Wouter Beke (CD&V), a quant à lui répété qu'il voulait ouvrir le débat sur cette mesure mais que c'est à l'échelon fédéral que les règles permettant de l'imposer et de sanctionner les récalcitrants doivent être prises.

"Nous devons franchir la prochaine étape. Il faut une vaccination obligatoire", a souligné la députée Maaike De Rudder. "La préparation doit commencer".


►►► Vaccination obligatoire, échec politique ?


L'idée ne fait pas l'unanimité dans l'hémicycle flamand. À l'extrême-droite, le Vlaams Belang y est farouchement opposé et dénonce une "coronadictature" qui va couper la société en deux. Un argument réfuté par le ministre démocrate-chrétien. "Si 92% des adultes se sont fait vacciner, ce n'est pas approprié de parler d'une fracture", a-t-il expliqué. "Au plus le temps passe, au moins j'ai de la compréhension pour les 8%".

De plus en plus de voix s'élèvent dans le monde politique belge pour réclamer à tout le moins que le débat soit ouvert. Le président du PS, Paul Magnette, a plaidé dans ce sens, et le ministre-président wallon, Elio Di Rupo, a annoncé qu'il porterait la question au comité de concertation.

Alors qu'il était jusqu'à présent très réticent à aborder cette mesure, la jugeant "théorique", le ministre fédéral de la Santé, Frank Vandenbroucke, s'est dit prêt dimanche à ouvrir le débat. Le Premier ministre, Alexander De Croo (Open Vld), juge quant à lui que c'est une "fausse bonne idée" impossible à mettre en œuvre.

 

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous