QR

Coronavirus : "Les projections ne nous indiquent pas une reprise ingérable au niveau hospitalier", explique l’épidémiologiste à l’ULB Marius Gilbert

© Tous droits réservés

03 oct. 2022 à 19:40 - mise à jour 04 oct. 2022 à 04:47Temps de lecture1 min
Par Hugues Angot

Une hausse de 40% des admissions à l’hôpital et un taux de reproduction à 1,22. Le coronavirus est toujours bien présent. Est-ce que ces chiffres annoncent une dégradation de la situation sanitaire et nécessitent la prise de mesures particulières ? QR l’actu fait le point avec l’épidémiologiste Marius Gilbert.

Faut-il être inquiet ?

On observe pour l’instant une transmission en recrudescence et des hospitalisations qui repartent à la hausse, explique Marius Gilbert : " Plusieurs facteurs se conjuguent. Il y a tout d’abord les effets de la vaccination qui sont relativement loin et puis les saisons d’automne et d’hiver qui sont plus propices à la transmission. Ces deux facteurs nous amènent à cette remontée. Nous ne devons pas craindre une grosse vague comme au début de la pandémie. Par contre, cela nous montre que la transmission va redevenir plus intense dans les prochaines semaines et qu’il va falloir rehausser notre niveau de vigilance si on n’a pas envie d’être infecté et aussi penser à se faire vacciner surtout si on est plus fragile".

QR l'actu

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Mesures à prendre ?

Des mesures sont possibles à titre individuel et collectif rappelle l’épidémiologiste. A titre individuel, s’isoler en cas de maladie et porter le masque si on veut augmenter son niveau de protection. Par contre, au niveau collectif, Marius Gilbert n’estime que des mesures doivent être prises à ce stade : "Les projections ne nous indiquent pas une reprise de l’épidémie qui serait ingérable au niveau hospitalier. Dès lors, il est fort peu probable que des mesures fortes soient prises au niveau collectif. Maintenant, il n’est pas impossible que certaines mesures plus légères soient prises comme le port du masque dans les transports en commun".

4e dose de vaccin

On se rapproche assez fort du schéma vaccinal de la grippe où tous les ans, nous sommes susceptibles de nous faire vacciner pour éviter les formes sévères de la maladie, commente Marius Gilbert. "Il ne faut certainement pas avoir peur de faire des doses répétées. Il n’y a pas de risque additionnel ni avec le covid ni avec la grippe".

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous