Belgique

Coronavirus : Maxime Prévot ne croit pas aux 500.000 personnes vaccinées par semaine, pourtant les chiffres sont bien là

21 avr. 2021 à 07:42 - mise à jour 21 avr. 2021 à 07:51Temps de lecture3 min
Par Africa Gordillo

Le report de la réouverture des terrasses du 1er au 8 mai continue à enflammer les débats à quelques heures d’une réunion des bourgmestres organisée par la ministre de l’intérieur Annelies Vanderlinden ce mercredi. Pour le président du cdH Maxime Prévot, invité de Matin Première, les terrasses constituent un cadre bien plus sécurisé que les restaurants ouverts "en stoem" partout dans le pays.

Le 1er mai des terrasses à Liège

Le 14 avril en soirée, après le comité de concertation (qui rassemble les différents niveaux de pouvoirs du pays), le bourgmestre de Liège Willy Demeyer expliquait qu’il avait reçu, de manière informelle, des signaux du secteur Horeca organisé à Liège lui indiquant que les terrasses rouvriraient comme initialement prévu le premier mai et non le huit.


►►► A lire aussi : Cafés, restaurants : que va-t-il se passer le 1er mai ? La pression continue, un tribunal va se prononcer


Face à ces "signaux", Willy Demeyer ajoutait : "Si la police intervient avec les moyens qu’elle a, ça peut poser des problèmes d’ordre public à Liège, en fonction de l’état de la population qui souhaite cette réouverture et en fonction de la détresse du secteur Horeca. […] J’ai une responsabilité en matière d’ordre public et je suis rejoint dans cette analyse par le gouverneur." Autrement dit, la police n’a pas les moyens de faire respecter le report décidé en comité de concertation. Willy Demeyer pointait au passage le sous-effectif de la police.

Un débat politique

Les terrasses seront rouvertes le 8 mai. Photo d'illustration

Les terrasses ont créé le débat depuis ce moment-là. L’Horeca a crié son désarroi et une partie du secteur est allée plus loin, comme à Liège, avec la volonté de rouvrir contre vents et marées le 1er mai. Le débat a été politique également. Le ministre de la santé Frank Vandenbroucke a de son côté justifié le report au 8 mai en expliquant qu’une semaine, c’était 500.000 doses de vaccin administrées à la population en plus.

500.000 doses en une semaine, vrai ou faux ?

Le président du cdH Maxime Prévot n’y croit pas : "Je ne pense pas que décaler de 7 jours va avoir un impact significatif sur la gestion des chiffres, sur la campagne de vaccination. C’est risible. On nous dit qu’on attend le 8 mai parce que ça permettra de vacciner entre 400.000 et 500.000 personnes de plus. Soyons raisonnables : ça fait 3 mois que la campagne de vaccination est lancée en Belgique et on a vacciné deux millions de personnes. Et on ferait un demi-million de personnes en une semaine. Qui peut croire ça ?"

Si l’on se réfère aux données publiées par Bart Mesuere, chercheur de l'UGent, sur base des chiffres de la Task Force Vaccinationil ressort que 502.080 doses de vaccin ont été administrées ces sept derniers jours et que 3.059.484 doses ont été administrées depuis le début de la campagne de vaccination. Les propos du ministre de la santé ne sont donc pas une chimère.


►►► A lire aussi : 500.000 personnes vaccinées en une semaine. Vraiment ?


 

Manger "en stoemelings"

Les restaurants ouverts en clandestinité sont également une réalité. "Je ne pense pas que ce soit, sur le plan sanitaire et de l’ordre public, plus problématique d’avoir des gens attablés en terrasse dans des endroits désinfectés avec le respect de la distance plutôt que des rassemblements sauvages dans les endroits publics ou clandestins dans des caves, ce qui existe sur tout le territoire belge", poursuit Maxime Prévot. "Et je ne pense pas qu’on peut faire œuvre utile quand des gens se réunissent 'en stoem' (en stoemelings, en cachette, ndlr), sans masque, en contact rapproché et avec de la consommation anarchique d’alcool."


►►► A lire aussi: Les restaurants clandestins se multiplient en Belgique : un parfum de retour aux pratiques de la prohibition


 

Et la culture ?

Le comité de concertation se réunira à nouveau ce vendredi 23 avril avec la situation du secteur culturel et des activités sportives à l’ordre du jour, et plus précisément l’idée d’organiser des événements "tests". Le mécontentement du secteur culturel, peu pris en considération ces derniers mois, s’est fait entendre récemment notamment par un collectif de jeunes artistes qui ont occupé le Théâtre Royal de la Monnaie à Bruxelles.

Pour le président du cdH, l’empathie et le soutien envers le secteur exprimé par la ministre de la Culture, Bénédicte Linard, sont insuffisants. " Madame la Ministre, ça ne peut être que de la compréhension et de l’inquiétude, c’est de l’action maintenant." […] Ce sont des centaines de milliers de personnes qui sont aux abois et, plus globalement, tout une population qui est en détresse de santé mentale. La culture, c’est quand même du bifteck pour les neurones."

Articles recommandés pour vous