Coronavirus : que signifie vraiment le code rouge pour les voyages en Europe ? La Belgique en fait-elle trop ?

© ECDC

11 sept. 2020 à 11:46 - mise à jour 11 sept. 2020 à 12:36Temps de lecture3 min
Par P.V.

Ce vendredi, le centre interfédéral de crise faisait comme tous les trois jours un point sur la situation du covid-19 en Belgique. Les porte-parole sont notamment revenus sur une question qui suscite beaucoup d’interrogations en ce moment : les avis de voyage du SPF Affaires Etrangères et le code couleur utilisé pour les voyages en Europe. Suivant les régions, classées vertes, orange ou rouges, la situation n’est pas la même et il n’est pas toujours possible de voyager.

C’est notamment le cas de l’entièreté du territoire espagnol. "C’est un pays très populaire pour le tourisme, a noté le porte-parole Yves Laethem, évoquant également le cas de ceux qui ont une maison dans le pays ou qui rendent visite à leur famille. Ce n’est donc pas une décision prise à la légère."

Reste que depuis plusieurs semaines, l’Espagne est en rouge et il est impossible de s’y rendre. En cas de retour de ce pays, un dépistage et une quarantaine de 14 jours sont obligatoires en Belgique.


►►► À lire aussi : Liège : Arthur, bloqué en zone rouge, va rater sa rentrée universitaire


Mais pourquoi en arrive-t-on à cette situation ? Que signifie le code "rouge" en termes épidémiologiques ? Yves Van Laethem a apporté des éléments de réponse : dans ces zones, le virus circule fortement. Cela veut dire qu’au moins une personne sur 1000 a été infectée dans les 14 derniers jours. "Ces chiffres, nous ne les inventons pas, ce sont les chiffres officiels fournis par le pays", précise Yves Van Laethem.

On pourrait arguer que cela dépend également de la situation du testing dans les pays : plus il y a de tests, plus il y a de cas. "On ne se base pas seulement sur ce nombre, répond l’épidémiologiste. Il y a aussi la tendance – est-ce que le nombre va vers le bas ou le haut – et le nombre de tests, pour éviter que le chiffre soit biaisé." Pour l’Espagne, et malheureusement pour ceux qui voulaient s’y rendre, tous ces indicateurs sont à la hausse…


►►► À lire aussi : Coronavirus en Belgique : un nouveau recours contre les zones rouges déposé au Conseil d'État


Selon l’indicateur établi par les instances européennes, l’Espagne occupe la première place du classement, avec 263 cas pour 100.000 habitants, soit cinq fois plus qu’en Belgique, qui arrive en 9e position. A Madrid, on compte 470 cas pour 100.000 habitants, soit trois fois plus qu’à Bruxelles.

Le taux de décès du pays est lui aussi trois fois plus important qu’en Belgique.

Coronavirus en Belgique : la situation en Espagne et explication des codes couleur

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Autant de critères qui confirment que la situation épidémiologique est critique en Espagne pour le moment. Cela vaut-il pour autant un code rouge ? "Nous ne sommes pas les seuls à mettre l’Espagne en rouge, dix autres pays demandent que les voyageurs soient mis en quarantaine, remarque Yves Van Laethem, et quatre autres pays demandent un test." C’est donc une tendance globale en Europe.


►►► À lire aussi : Où pouvez-vous voyager en Europe ? La carte des zones rouge, orange et verte du SPF Affaires Etrangères


Le centre interfédéral a d’ailleurs rappelé que les mesures sanitaires en Belgique, qui sont parfois critiquées, sont loin d’être les plus extrêmes par rapport aux autres pays.

 

Loading...

Le site de l’Université d’Oxford, qui montre l’intensité des différentes mesures, place la Belgique en intermédiaire. "Certains pays imposent des mesures plus strictes, note Yves Van Laethem, mais ne sont pas à même de mieux contenir l’épidémie."

Loading...

En résumé, dit-il, "ce n’est pas la règle qui est importante, c’est la façon dont on l’applique."

Tout est une question de confiance et de volonté.

Coronavirus en Belgique : règles de bases et renforcement des mesures

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous