Coronavirus : toutes les questions que vous vous posez sur la vaccination des enfants

Coronavirus : toutes les questions que vous vous posez sur la vaccination des 5-11 ans

© Getty Images

15 déc. 2021 à 16:18Temps de lecture4 min
Par Africa Gordillo

La vaccination des enfants entre 5 et 11 ans contre le Covid-19 devrait bientôt commencer en Belgique. Les premières doses pédiatriques de vaccins sont arrivées. D’après nos informations, le Conseil supérieur de la santé (CSS) va émettre un avis très prudent parce que les données à disposition restent peu nombreuses et les enfants développent très majoritairement une forme bénigne de la maladie.

En attendant une probable nouvelle phase de la vaccination anti-Covid-19 en Belgique, nombreux sont les parents qui s’interrogent sur l’utilité du vaccin pour leur(s) enfant(s), voire sur ses effets secondaires ou sa dangerosité. Voici quelques éléments de réponse.

Etude clinique sur le court terme

Les informations disponibles sur les effets secondaires des vaccins pédiatriques sont plutôt optimistes si l’on analyse les études à disposition sur le court terme et les données liées à la vaccination dans les pays qui la pratiquent depuis plus longtemps que la Belgique, comme les Etats-Unis ou Israël.

La principale étude sur le sujet est celle publiée par Pfizer début novembre (à retrouver ici). Elle porte sur 2250 enfants âgés entre 5 et 12 ans dont deux tiers ont reçu le vaccin pédiatrique de PfizerBioNTech et un tiers a reçu un placebo. Les résultats montrent que les effets secondaires observés chez les enfants sont semblables à ceux des adolescents. Il s’agit principalement de rougeurs ou de douleur à l’endroit de l’injection, de douleur dans le bras, de gonflement, voire de la fièvre qui disparaissent en quelques jours et qui peuvent être traités, si nécessaire, avec un antidouleur comme le paracétamol.

Des effets secondaires plus sévères à long terme ?

Il s’agit d’effets à court terme. Mais doit-on s’inquiéter de voir des effets secondaires plus dangereux à long terme, comme la myocardite, une inflammation de la paroi externe du cœur ? Cette maladie a été observée dans des cas rares chez des personnes entre 12 et 50 ans (davantage d’hommes) ayant reçu un vaccin à ARN Messager parmi lesquels celui de PfizerBioNTech.


►►► À lire : La vaccination des enfants, débat à hauts risques


Comme le précise le Centre de référence américain (CDC) sur son site, au cours des essais cliniques, aucun cas de myocardite n’est survenu chez les enfants âgés de 5 à 11 ans qui ont été vaccinés. En général, les garçons de 12 à 17 ans ont un risque plus élevé de myocardite que les enfants de 5 à 11 ans. Précisément, le risque de myocardite après la deuxième dose de PfizerBioNTech est d’environ 54 cas par million de doses administrées chez les garçons de 12 à 17 ans. Comme pour les adultes, le risque zéro n’existe pas mais ces réactions restent rares.

Plus de recul

"Il faut vacciner beaucoup de personnes pour voir émerger des effets secondaires rares", analyse l’infectiologue pédiatre du CHU de Liège, Julie Frère. "Aux Etats-Unis où la vaccination des enfants est déjà bien avancée, on ne voit pas de déclaration d’effets secondaires alarmante. Il n’y a pas, à ce jour, de signal pour dire : attention, on voit apparaître des cas graves ou inquiétants".

Les Etats-Unis ont autorisé le vaccin contre le Covid-19 de PfizerBioNTech pour les 5-11 ans le 29 octobre dernier et, à ce jour, 3 millions d’enfants sur les quelque 28 millions concernés ont déjà reçu leur première dose (le schéma vaccinal — doses 1,2 et booster — est le même que pour les adultes).

A propos des cas de myocardites, Julie Frère ajoute avec nuance : "On n’a pas d’indication à ce stade de myocardite. Y en aura-t-il ? On ne sait pas. C’est une zone grise. On n’a pas d’information encore mais nous suivons attentivement les données." Cette absence de données est confirmée par la pédiatre infectiologue au CHU Tivoli à La Louvière, Anne Tilmanne : " On attend les données en provenance des Etats-Unis et d’Israël où la vaccination des enfants est déjà bien amorcée. Il n’y a pas de données scientifiques précises, juste une absence de données. On suit ça de près. On espère obtenir ces informations dans le courant du mois de décembre".

Pour résumer, cette absence de données à ce stade de l’épidémie est assez logique : il faut plus de temps et un nombre plus important d’enfants vaccinés pour voir émerger des cas rares d’effets secondaires et tirer des conclusions plus fiables.

Covid: les facteurs de risque chez l’enfant

Quels risques pour les enfants qui contractent le Covid ? Aucun des pédiatres infectiologues interrogés n’est vraiment inquiet. D’abord parce que la toute grande majorité des enfants qui contractent le Covid-19 développe une forme bénigne de la maladie.

Il existe quelques cas plus rares de complications, liés principalement aux comorbidités chez certains enfants comme une insuffisance respiratoire sévère, une pathologie musculaire ou neuromusculaire (la sclérose latérale amyotrophique par exemple), une cardiopathie sévère voire les enfants immunodéprimés. Dans ces cas-là, le dialogue avec le pédiatre ou le médecin généraliste est utile pour décider de vacciner ou non.

Bertrand Massart – RTBF

Un vaccin pédiatrique

Quoi qu’il en soit, certains veulent battre en brèche le discours anxiogène lié à la vaccination des 5-11 ans, comme le chef du service pédiatrique de l’hôpital universitaire des enfants Reine Fabiola. Si Pierre Smeesters pointe également les indications rassurantes au regard de l’étude clinique réalisée par Pfizer et de la vaccination aux Etats-Unis, il souligne aussi le manque de recul dans le temps pour se bétonner une opinion.


►►► À lire : Quelles différences entre le vaccin pédiatrique et le vaccin anti-Covid-19 pour adultes ?


Mais le pédiatre infectiologue poursuit : "Je suis content que nous ayons un vrai vaccin pédiatrique à disposition. Il a été développé pour les enfants et c’est une bonne nouvelle". Le vaccin pédiatrique de Pfizer est un vaccin à ARN Messager qui comprend le tiers de la dose du vaccin pour adulte.

Extrait du JT

Sur le même sujet

Vaccination des enfants contre le Coronavirus : la vidéo fallacieuse de Robert Malone, l'un des pères des vaccins à ARN messager

Coronavirus en France : six enfants ont reçu par erreur une dose trop forte du vaccin Pfizer

Articles recommandés pour vous