Coup d'Etat en Birmanie: la junte emprisonne un journaliste birman qui avait filmé son arrestation

© AFP or licensors - Protestations contre le coup d'Etat militaire

02 juin 2021 à 13:50Temps de lecture1 min
Par Belga

Un journaliste birman, qui avait diffusé en direct des images son arrestation par les forces de la junte, a été condamné à deux ans de prison mercredi, ont indiqué ses employeurs, alors que l'armée poursuit sa répression contre les journalistes critiquant le régime.

Aung Kyaw, qui travaillait pour Democratic Voice of Burma (DVB), a été condamné dans la ville de Myeik, dans le sud du pays, en vertu d'une loi datant de l'époque coloniale qui criminalise le fait d'encourager la dissidence contre l'armée.

La junte avait révisé cette loi peu après le coup d'État du 1er février pour y inclure la diffusion de "fausses nouvelles" comme un crime.


►►► A lire aussi : Birmanie : du coup d’Etat à la guerre civile ? Comment les différentes forces du pays se repositionnent ?


 

Les forces de sécurité avaient effectué un raid nocturne au domicile d'Aung Kyaw en mars, quelques jours après qu'il eut couvert la répression brutale de manifestations anti-junte à Myeik. Il avait diffusé en direct sa propre arrestation sur la page Facebook officielle de DVB.

La Birmanie est en proie à des troubles depuis que les militaires ont évincé la dirigeante Aung San Suu Kyi le 1er février, déclenchant un soulèvement de masse.

La junte a répondu par la force, tirant sur les manifestants, arrêtant des dissidents présumés lors de raids nocturnes et ciblant des journalistes et des médias en les fermant.

Selon le groupe de surveillance Reporting Asean, 87 journalistes ont été arrêtés depuis le coup d'État, dont 51 sont toujours en détention.

Sur le même sujet...

JT du 17/04/2021

Birmanie : libération massive et gouvernement fantôme

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Coup d'État en Birmanie : Aung San Suu Kyi inculpée pour corruption, les manifestations continuent dans le pays

Birmanie : "On nous fait des promesses à l’international, mais la situation ne change pas, et certains se découragent"

Articles recommandés pour vous