Basket

Coupe du monde féminine de basket : les Belgian Cats, la tête à l’envers

© Tous droits réservés

Au lendemain de l’élimination contre l’Australie en quarts de finale de la Coupe du Monde, le réveil est douloureux. Contre la troisième nation au ranking mondial, les Cats sont apparues bien pâles.

On attendait un jeu vif, un jeu rapide pour prendre de vitesse les Aussies… On n’a rien vu à l’exception de la première minute.

Pas d’envie, pas de sentiment de révolte ce qui constitue la marque de fabrique de l’équipe belge. "Nous venons pour une médaille", les ambitions étaient clairement affichées avant le déplacement aux antipodes mais au final, le bilan est décevant.

Jamais pendant cette quinzaine, les Cats n’ont donné l’impression de passer à la vitesse supérieure. Contre les USA, la Belgique a subi donnant l’impression que c’était mission impossible. Contre la Corée, les Cats ont décroché leur premier succès, on pensait leur tournoi lancé.

Contre Port-Rico que les Cats avaient corrigé à trois reprises, des signes inquiétants sont apparus. Il a fallu une Kyara Linskens, impériale pour éviter une défaite.

 

Après un jour de repos, les filles de Valéry Demory ont signé une troisième victoire consécutive contre la Bosnie mais ont perdu définitivement leur capitaine, Emma Meesseman, blessée au mollet.

Sans leur phare, les Cats se sont perdues dans le brouillard chinois. Les Belges ont sombré face aux déferlantes adverses et terminaient à la troisième place de leur groupe. Logique.

En 1/4, une impression de déjà-vu…

En quarts de finale, une impression de déjà-vu… Trop vite, nos compatriotes sont apparues résignées, incapables de bousculer Lauren Jackson, sortie de sa retraite et ses équipières.

En 2018, l’effet de surprise avait permis à la Belgique de se hisser dans le dernier carré.

Quatre ans plus tard, avec une équipe où la moitié découvrait le niveau mondial, les Cats ont subi et au final, ont déçu.

Mais au-delà de ce constat amer, il faut retenir que notre équipe est jeune, pas encore au niveau de nations comme les USA, le Canada, la Chine et l’Australie… quatre équipes qui nous précèdent au classement mondial.

L’Euro 2023 dans le viseur

Dans quelques jours, toutes les joueuses vont rejoindre leur club respectif aux quatre coins de l’Europe mais se retrouveront déjà la dernière semaine de novembre à domicile pour une double confrontation contre la Macédoine du Nord et la Bosnie. Deux victoires et les Cats se remettront à l’endroit pour aller chercher une qualification pour l’Euro 2023.

Un Euro qui a projeté la Belgique sur l’avant de la scène internationale avec des médailles de bronze acquises en 2017 et 2021.

Les Cats peuvent et doivent rebondir. Elles doivent une revanche à tous leurs supporters. Cela passera par une qualification pour un Euro où tous les espoirs sont permis.

Impossible de ne pas participer à ce prochain rendez-vous européen. Repartir de l’avant avec Emma Meesseman dès novembre, relancer la spirale positive et bientôt l’Australie ne sera plus qu’un lointain, très lointain souvenir…

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous