Regions Hainaut

Cour d’Assises du Hainaut : accusé d’avoir assassiné son ex-compagne à Chapelle-lez-Herlaimont lors de la fête des voisins

L'accusé Salvatore Marasco

© Belga - Virginie Lefour

Le procès de Salvatore Marasco débute ce jeudi aux assises à Mons. Le sexagénaire, détenu sous surveillance électronique, est accusé d’avoir assassiné son ex-compagne, Isabelle Rectem, lors d’une fête populaire à Chapelle-lez-Herlaimont.

C’est jour de fête, le 7 juillet 2019. La société de logements publics, "la Ruche chapelloise", organise la fête des voisins. Une centaine de convives sont attendus autour du barbecue au Rosa Park. Des concerts sont aussi prévus.

Isabelle Rectem hésite à s’y rendre, elle craint de croiser son ex-compagnon, Salvatore Marasco, Rino pour les intimes. Son oncle et sa tante insistent. Elle s’y rend et arrive sur place vers 17h45. Rino est là, il l’observe mais ne dit rien. Il fait le va-et-vient entre la fête et le café du Postillon.

Provocations

Rino revient vers 19h45. Isabelle est de plus en plus mal à l’aise car il n’arrête pas de la regarder. Il s’approche d’elle, essayant de regarder l’écran de son téléphone portable. Elle ne réagit pas.

Un premier incident éclate à 21h00. Rino s’approche d’Isabelle et renverse le contenu d’un verre d’eau. Elle est trempée et ne réagit pas.

Il est 22h15. Rino se place derrière Isabelle, qui est assise à une table, et lui porte un coup. Alors qu’elle chute, il la rattrape avec sa main gauche pour l’aider à se relever. Il sort une arme de poing, de sa ceinture, avec sa main droite. Il pointe le canon dans le dos d’Isabelle, qui est terrifiée, et l’oblige à avancer. Il tire, à deux reprises, dans la tête d’Isabelle. Une balle termine sa course dans l’épaule d’un conseiller communal, Alain Jacobeus.

Rino prend la fuite, déclarant qu’il se rendra à la police le lendemain, mais il est arrêté par deux hommes. Un troisième coup de feu part en l’air. Personne n’est blessé.  

Isabelle est déclarée morte à 22h30 par les secours.

Interrogatoires

Rino est privé de liberté et interrogé par la police judiciaire, à qui il raconte qu’Isabelle n’était plus la même depuis sa candidature aux élections communales sur la liste du Parti Socialiste. Après dix-huit ans de relation, et seize ans de vie commune, le couple se sépare en mai 2019.

Selon les témoins interrogés par la police, Rino soupçonne Isabelle d’avoir une relation avec un échevin, il est fou de jalousie. Isabelle prétend être victime de coups et de harcèlement, elle dépose plainte contre Rino. Elle sait qu’il a acheté une arme. Au café, il se serait vanté d’être armé, et il aurait dit qu’il allait tuer Isabelle.

Interrogé par le juge d’instruction, Rino déclare qu’il avait placé une grosse somme d’argent sur le compte d’Isabelle, afin d’échapper à un créancier, et elle aurait tardé à le lui rendre.

Le magistrat instructeur l’inculpe de l’assassinat d’Isabelle Rectem, de coups et blessures portés à Alain Jacobeus, et d’un port d’arme sans autorisation, un pistolet semi-automatique achetée six cents euros à un inconnu.

Articles recommandés pour vous