Regions

Cour d’Assises du Hainaut : Alfredo Scuvera condamné à 30 ans de réclusion criminelle pour assassinats

Antonio Scuvera, photographié lors de la constitution du jury le jeudi 6 octobre 2022

© Belga - Virginie Lefour

Le 17 décembre 2019, le corps sans vie de Jérôme Thiebaut, 32 ans, est retrouvé dans son appartement à Jumet. Il a été tué de deux balles dans la tête. La scène a été filmée. Deux hommes sont entrés dans son appartement vers 1h30, la nuit précédente. 

La scène est glaçante. Jérôme monte les escaliers qui mènent à son appartement, qu’il a décoré de ses propres mains. Il sourit, discute avec ses visiteurs. Il se retourne. Alfredo Scuvera pointe son arme à bout portant et tire.  

 

Les deux hommes visitent l’appartement et prennent son téléphone, dont ils se débarrassent aussi vite. 

La scène de crime a été filmée. Ce n’est pas courant. C’est une aubaine pour les enquêteurs, mais les deux hommes, qui ont caché leur visage sous une capuche, ne sont pas identifiables. Toutefois, la téléphonie met en évidence un numéro.

Similitudes

Le 21 décembre 2019, Olivier Lauwers, 47 ans, est signalé disparu. La police se rend chez lui, à Courcelles, et retrouve son corps sans vie, emballé dans un drap. Lui aussi a été abattu de deux balles dans la tête. Il a été tué durant la nuit du 15 au 16 décembre. 

Le juge d’instruction, chargé de l’enquête, est celui qui a été désigné pour instruire la mort de Jérôme Thiébaut. Les similitudes entre les deux crimes sont nombreuses. La téléphonie met en évidence un numéro, le même que celui concernant l’enquête de Jumet. 

Arrestation

Le numéro est placé sous écoute. Il appelle un taxi. Le chauffeur est interrogé, il a embarqué un homme, chauve, et une femme. On lui présente la photo d’Alfredo Scuvera. Il confirme que c’est lui qui a passé l’appel. 

Alfredo Scuvera est inconnu de la justice, contrairement à son père, déjà condamné pour des faits très violents. Le 4 janvier 2020, le suspect numéro un est interpellé par la police à la suite d'une rixe. Il conteste les faits, avant de passer aux aveux. Il dit avoir tué les deux hommes en raison d’une dette. Il leur livrait de la drogue.

Le procès

Jugé depuis lundi, l’accusé n’a exprimé aucun remord, répondant froidement aux questions de la cour. Selon les experts, il est antisocial et présente des traits psychopathiques. Il n’a pas baissé les yeux au moment de la diffusion de la vidéo. Il n’a pas baissé les yeux non plus devant les familles des victimes, effondrées. 

Jeudi, après deux heures de délibération, les jurés et la cour ont prononcé une peine de 30 ans de réclusion criminelle, retenant une circonstance atténuante en faveur de l’accusé, son enfance déstructurée sous la coupe d’un père violent. 

 

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous