Regions Hainaut

Coût de l’énergie : la briqueterie de Ploegsteert se met au ralenti, le secteur de la construction fait la grimace

Sur les chantiers, les blocs et les briques se font déjà rares. La crainte est que les coûts de l'énergie n'accentue encore la pénurie.

© RTBF

La flambée des prix de l’énergie met le secteur de la construction sous tension. Dans le Hainaut par exemple, la briqueterie de Ploegsteert va mettre l’un de ses fours à l’arrêt pendant un mois et demi. L’objectif est clair : limiter sa consommation de gaz et ainsi ses coûts. Cette décision fait craindre le pire aux grossistes en matériaux et aux entreprises de construction qui peinent déjà à s’approvisionner depuis plusieurs mois.

Dans ses stocks, Hervé Thiébaut, marchand de matériaux à Tournai, nous montre les quelques dizaines de palettes de blocs de construction qu’il lui reste. "De quoi tenir deux mois", confie-t-il. Il faut dire que depuis des mois déjà, les semi-remorques qui livrent les blocs se font rares : un seul passe les barrières par semaine. Et la crainte est ici que la briqueterie de Ploegsteert ne soit pas la seule à réduire sa production cet hiver. "On a vraiment le sentiment qu’il y aura d’autres fermetures d’usines. Et donc on risque d’accentuer la pénurie pour beaucoup de matériaux."

Hervé Thiébaut, marchand de matériaux à Tournai, craint des difficultés d'approvisionnement si les fournisseurs se mettent au ralenti.
Hervé Thiébaut, marchand de matériaux à Tournai, craint des difficultés d'approvisionnement si les fournisseurs se mettent au ralenti. © RTBF

"Il faut 8 ou 9 mois pour une commande de briques, ce n’est plus tenable"

Sur les chantiers aussi, on fait la grimace. L’entrepreneur Vincent Lucas compte ses réserves de blocs et de briques, alors qu’il mène de front la construction de quatre maisons dans le Tournaisis. "J’espère pouvoir finir les quatre, et maintenant ce qui m’inquiète le plus c’est d’avoir des matériaux pour les nouveaux chantiers."

Planifier ces nouveaux chantiers relève du casse-tête. Alors si des fournisseurs diminuent encore leur production, les prochains mois risquent d’être difficiles. "Je ne sais pas comment on va faire, s’interroge Vincent Lucas. Si les fermetures s'enchaînent, je pense malheureusement que – et je ne serai pas le seul dans le cas – nous allons devoir mettre du personnel en arrêt parce que nous n’aurons plus de matériaux. Actuellement, nous avons des délais de livraison de 8 ou 9 mois pour les briques. Ce n’est plus tenable."

Entrepreneur dans le Tournaisis, Vincent Lucas s'attend à planifier des nouveaux chantiers dans les prochains mois.
Entrepreneur dans le Tournaisis, Vincent Lucas s'attend à planifier des nouveaux chantiers dans les prochains mois. © RTBF

Du son côté la briqueterie de Ploegsteert précise que la fermeture ne concerne qu’un seul four pendant un mois et demi. Deux autres fours resteront en activité, et la capacité d’un des deux sera augmentée pour compenser. Ce qui fait dire à l’entreprise hennuyère que "l’impact sur sa production sera limité".

Le secteur de la construction sous tension

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous