Tendances Première

Coûts des soins de santé : quand les familles galèrent

© Le Ligueur

17 déc. 2020 à 05:55 - mise à jour 17 déc. 2020 à 05:55Temps de lecture3 min
Par RTBF La Première

Si, en Belgique, on a la chance d’avoir des soins de santé assez accessibles, ce n’est toutefois pas facile pour toutes les familles. Un parent sur cinq reporte un suivi médical ou une visite chez le dentiste, pour raison financière. C’est l’un des chiffres du dernier baromètre des parents de la Ligue des Familles, qui sort ce mercredi. Marie-Laure Mathot, journaliste du Ligueur, nous en parle.

Parmi ces parents pour qui le coût des soins de santé est un obstacle, on retrouve beaucoup de familles avec des bas revenus, des familles monoparentales, des parents séparés, des familles nombreuses, mais pas seulement. Et la crise sanitaire a accentué le problème.

La mutuelle rembourse bien sûr une bonne partie des frais médicaux. N’empêche, il faut les sortir. La visite chez le dentiste ou chez l’ophtalmologue fait typiquement partie des suivis qui sont reportés pour des raisons financières. Comme tous les spécialistes : ORL, dermatologue, psy… Ce sont vraiment des soins qu’on reporte au mois suivant, quand notre budget nous le permettra. Et il arrive que ce soit trop tard. Beaucoup de médecins spécialisés tirent d'ailleurs la sonnette d’alarme : ils vont avoir affaire à des maladies qui auront trop avancé et qui ne pourront plus être prises en charge de manière optimale. Mieux vaut donc ne pas reporter des soins importants !

D’autres frais typiques qui font mal au portefeuille des parents, ce sont les lunettes. Bon à savoir : toutes les mutuelles interviennent sur la première paire de lunettes des enfants. Cela fait partie de l’assurance obligatoire. Elle rembourse aussi le premier remplacement, si les lunettes ont plus de deux ans ou si la correction a fortement évolué.

 

Des solutions existent !

Assurance obligatoire, remboursement dans certaines mutuelles mais pas dans d’autres… ce n’est pas toujours facile de s’y retrouver dans tout ça ! 

C’est l’une des causes du report des soins médicaux, explique Marie-Laure MathotLes familles n’activent pas toujours leurs droits. Et pourtant, si elles ont du mal à joindre les deux bouts, il existe des solutions :

  • Le BIM ou Bénéficiaire de l’Intervention Majorée. Il permet de payer moins à l’hôpital, lors des consultations ou pour les médicaments.
  • La CAAMI ou la Caisse Auxiliaire d’Assurance Maladie Invalidité. C’est une mutuelle gratuite. Elle ne s’occupe que de l’assurance maladie obligatoire, qui est la base, mais pas des autres services. Les autres mutuelles proposent de payer une assurance complémentaire et on a ainsi plus de remboursements pour les lunettes, les appareils dentaires, par exemple.
  • On peut encore citer le DMG ou Dossier Médical Global. L'inscription coûte 30€ mais est remboursée par la mutuelle. Cela permet à tout le monde, et pas uniquement aux plus bas revenus, de limiter à 4€ le montant de la part personnelle à payer payer au moment d’une consultation chez le médecin généraliste. Et si vous êtes BIM, ce sera 1€.

 

Plus simple : la Maison médicale

Le système de santé belge, s’il peut répondre aux besoins d’une grande majorité de la population, reste complexe. C’est l’une des conclusions de l’Observatoire social européen, dans un rapport publié cet été. Il recommande à l’Inami (Institut national d'assurance maladie-invalidité) d’automatiser et de simplifier le système. Et il conseille aussi aux familles de s’inscrire dans une maison médicale.

La maison médicale, c’est le bon filon. Et pourtant, il n’y a que 4% de la population qui y est inscrite. Cela permet d'automatiser plein de choses.

Nathalie, est monoparentale, c’est-à-dire seule pour éduquer Isaac, 5 ans, et Aya, 7 ans, avec donc un seul salaire, elle est plus à risque au niveau précarité et plus à risque de reporter les soins de santé pour raisons financières. Grâce à son inscription dans une maison médicale, elle ne doit plus payer à la fin de sa consultation chez le généraliste, ni même coller la petite vignette et renvoyer l’attestation de soins à sa mutuelle.

Tout est automatisé : les consultations chez le médecin traitant, mais aussi chez le kiné ou les actes de soins des infirmiers qui font partie de la maison médicale. Elle a aussi à sa disposition toute une liste de logopèdes, dentistes et autres spécialistes conventionnés, dont les honoraires sont au barème et ne sont pas trop élevés.


Le Ligueur qui sort ce mercredi contient de multiples témoignages, certains bouleversants, parmi lesquels des familles dont un des membres, parent ou enfant, est atteint d’une maladie grave. Il propose les solutions, parfois méconnues, qui peuvent être activées pour baisser le coût des soins de santé.

Les familles ont parfois du mal à se faire entendre des prestataires de soins ou des mutuelles. Elles hésitent alors à les contacter, alors qu’il est normal de ne pas savoir et de se renseigner. Le système doit être simplifié pour mieux aider les familles !

 


>> A lire dans Le Ligueur : Coûts des soins de santé : quand les familles galèrent >> 


 

 

Sur le même sujet

Santé : prenez soin de vos reins, ils vous le rendront bien !

Tendances Première

Allergies : "Elles sont peut-être le prix à payer pour le bien-être social et sanitaire d’une population"

Week-end Première

Articles recommandés pour vous