RTBFPasser au contenu
Rechercher

Coronavirus

Covid-19 : "Tout rebouge vers le haut" et cela devrait continuer, prévient Yves Van Laethem

19 mars 2022 à 19:41Temps de lecture1 min
Par Maxime Fettweis, sur base de l'interview de Laurent Mathieu

Alors que la Chine enregistre ces derniers jours des niveaux records de contaminations, de nombreux pays occidentaux se défont des mesures de restrictions pour limiter la propagation de l’épidémie, comme c’est le cas de la Belgique. La situation dans cette grande puissance asiatique est "un retour de boomerang auquel on pouvait s’attendre", estime Yves Van Laethem, porte-parole interfédéral de la lutte contre le Covid-19 en Belgique.

"Ils ont eu une politique zéro Covid difficilement imaginable avec le virus de départ, le virus découvert à Wuhan, et d’autant moins avec les variants actuels trois à quatre fois plus faciles dans leur transmission", explique-t-il. Car les variant Alpha, Delta et plus récemment Omicron sont respectivement plus contagieux que leurs prédécesseurs. La population chinoise ayant été très peu exposée au virus dispose d’une "immunité de base faible" tandis que le pays n’a enregistré officiellement que 800.000 cas de coronavirus depuis le début de l’épidémie, contre 3,7 millions en Belgique, par exemple.

Yves Van Laethem évoque aussi une "immunité vaccinale est douteuse" parmi la population chinoise.

Une situation pas comparable à la Belgique, estime Yves Van Laethem

La situation chinoise est-elle un mauvais présage pour les semaines et mois à venir en Belgique ? "Je dirais que non", répond l’infectiologue. Selon lui, "l’immunité naturelle" conférée aux Belges durant les différents vagues de l’épidémie permet en plus d’une "excellente vaccination des personnes âgées" de garantir que la situation reste maîtrisée.

Toutefois, comme les chiffres le montrent, "tout rebouge vers le haut, non seulement le nombre de cas, le nombre d’hospitalisations, on a un certain statu quo au niveau des moins intensifs", analyse Yves Van Laethem ajoutant qu'"on s’y attendait". Désormais, "ce qu’on espère c’est que ça ne va pas bouger au niveau des systèmes de soins de santé et typiquement des soins intensifs".

Pour la suite, l’infectiologue prédit que les contaminations continuent de grimper durant "un certain temps normalement sans réel impact".

Articles recommandés pour vous