On n'est pas des pigeons

Covid : des pharmacies submergées par la nouvelle vague de l’épidémie

25 nov. 2021 à 11:59Temps de lecture2 min
Par Jacques Graye

Les pharmacies sont aussi en première ligne dans le contexte de l’épidémie de Covid. Dans les officines, les demandes de tests augmentent en flèche. Tant pour les autotests rapides à faire soi-même que pour les tests réalisés directement en pharmacie.

© Tous droits réservés

Les tests antigéniques professionnels réalisés par le pharmacien

A la pharmacie du Bocq à Spontin, les demandes pour les tests Covid sont désormais monnaie courante.

C’est beaucoup plus le week-end vu que les gens ont besoin de leurs CST pour aller au resto, au cinéma, ce genre d’activités.

Le pharmacien Roberto Cioffi confirme: ce sont surtout les tests antigéniques professionnels réalisés sur place qui bouleversent le travail : "Les pharmacies submergées aujourd’hui, ce sont les pharmacies qui font les tests. Dans ma région je suis un des seuls à faire les tests et donc j’en fais plus ou moins une centaine par semaine… En général j’ai 10 à 15 tests par jour en semaine… Le vendredi et le samedi là, ça augmente, on peut aller jusqu’à 30 à 35 tests le vendredi, 15 à 20 le samedi, ça fluctue mais en général, c’est beaucoup plus le week-end vu que les gens ont besoin de leurs CST pour aller au resto, au cinéma, ce genre d’activités."

Si c’est pour une personne qui est symptomatique, c’est gratuit. Et pour les retours de vacances aussi, c’est gratuit via le code reçu par le tracing."

Le prix de ce genre de test tourne en général autour de 30€. Chez Roberto Cioffi, il coûte 29€, mais le pharmacien nuance : " Si c’est pour une personne qui est symptomatique, c’est gratuit. Et pour les retours de vacances aussi, c’est gratuit via le code reçu par le tracing."

L’autotest nasal ou salivaire à réaliser chez soi

En général, on les trouve autour de 8€ en pharmacie et là aussi la demande explose.

C’est quand même très significatif, on vend plus de tests que de Dafalgan !

Pascal Martin, pharmacien à Vezin : "Pour un petit village perdu dans la campagne namuroise, là on a déjà vendu 250 tests en un peu moins d’un moisC’est quand même très significatif, on vend plus de tests que de Dafalgan ! "

Je dirais qu’en novembre, on a doublé, par rapport au mois d’octobre, les demandes d’autotests.

Une tendance confirmée par Stéphane Pirard, pharmacien à Erpent : "Ça se vend beaucoup, pour des familles où il y a eu des cas contacts, pour des entreprises aussi, je dirais qu’en novembre, on a doublé, par rapport au mois d’octobre, les demandes d’autotests."

Les tests covid : tout bénéfice pour les pharmaciens ?

Alors vu la forte augmentation des ventes de tests, les pharmacies tirent-elles un gros bénéfice financier de la crise ?

On ne peut pas dire qu’on est très très bénéficiaires, on est surtout fatigué, on est usé…

Dans sa pharmacie de Vezin, Pascal Martin relativise : " On ne peut pas dire qu’on est très très bénéficiaires, on est surtout fatigué, on est usé… Sur le plan économique, l’année est perturbée, on sait que la pharmacie ne se porte pas spécialement mal, mais on ne peut pas dire que ça ramène des centaines de milliers d’euros. Sur le mois, ça ne fait pas un monstrueux chiffre d’affaires, par contre, cela fait beaucoup d’occupation, beaucoup d’explications… On ne dira pas qu’on fait fortune, mais de toute façon, c’est d’abord un service à la population la pharmacie et donc on rentre dans le jeu, on fait ce qu’on peut et on aide autant que possible ".

Sur le mois, ça ne fait pas un monstrueux chiffre d’affaires, par contre, cela fait beaucoup d’occupation, beaucoup d’explications.


Retrouvez "On n’est pas des pigeons" du lundi au vendredi à 18h30 sur la Une et en replay sur Auvio.

Pour plus de contenus inédits, rendez-vous sur notre page Facebook.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous