Justice

Crime organisé : la Belgique élabore un plan d'action avec cinq pays européens

© Tous droits réservés

07 oct. 2022 à 14:32Temps de lecture2 min
Par Belga, édité par M. Allo

La Belgique, les Pays-Bas, la France, l'Espagne, l'Italie et l'Allemagne ont élaboré un plan commun de lutte contre le crime organisé pour la période 2022-25. Celui-ci prévoit notamment une harmonisation de la sécurisation des ports et des échanges automatiques d'informations. Le texte a été ratifié vendredi à Amsterdam, en présence des ministres de la Justice Vincent van Quickenborne (Open Vld) et de l'Interieur Annelies Verlinden (CD&V).

Le plan prévoit de rendre les ports moins perméables aux infiltrations de criminels, notamment en investissant dans la sécurité maritime. Les six partenaires veulent également s'attaquer aux flux d'argent, recourir davantage aux nouvelles technologies ou encore améliorer la coopération avec les pays d'Amérique du Sud et des Balkans.

La Belgique et les Pays-Bas ont pris l'initiative sur la question du trafic de drogue. Une plateforme visant à coordonner les efforts permettant de perturber les arrivages via les nœuds logistiques va être mise en place.

Améliorer l'échange de données sur les navires

La Belgique sera aussi à la manœuvre concernant deux autres volets. Au sujet des "obstacles juridiques et techniques à lever pour parvenir à un meilleur échange de données sur les navires", des discussions seront menées avec les autorités et agences européennes compétentes et le Centre opérationnel d'analyse du renseignement maritime pour les stupéfiants, basé à Lisbonne.

L'expérience de la Belgique en cette matière doit également mener à un échange de données de référence pour les dispositifs de reconnaissance automatique des plaques d'immatriculation (ANPR).

Pour empêcher les criminels d'investir leurs gains illicites dans des secteurs légitimes, les partenaires veulent renforcer la stratégie consistant à "suivre l'argent". Ils établiront des modalités de travail visant à traquer et à geler les cryptomonnaies. En outre, le plan d'action prévoit que les pays de la coalition se consultent au niveau politique sur la manière de saisir plus efficacement les avoirs criminels.

Le crime ne connaît pas de frontières

"Le crime ne connaît pas de frontières, il faut donc s'assurer que celles-ci ne constituent pas un obstacle au travail policier et judiciaire. C'est à cela que ce plan va servir", a résumé la ministre Verlinden.

"Dans les 23 dossiers en cours depuis juin relatifs aux incidents de violences à Anvers, 40 suspects néerlandais ont déjà été identifiés. Sur les 109 personnes arrêtées dans le port d'Anvers en 2021, 57 étaient de nationalité néerlandaise. La lutte contre la mafia de la drogue doit donc aussi s'étendre au-delà des frontières", a quant à lui illustré M. Van Quickenborne.

La Belgique, la France et l'Espagne étaient à l'origine de l'initiative, lors de son lancement en décembre dernier. Le trio a été ensuite rejoint par trois nouveaux partenaires.

Les six pays se retrouveront au printemps 2023 à Anvers. L'objectif est que les ministres concernés se retrouvent désormais deux fois par an pour faire le point sur la situation.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous