Belgique

Crise de l’accueil : Nicole de Moor annonce jusqu’à 500 places supplémentaires d’ici février en Flandre-Occidentale

© Belga

D’ici février, jusqu’à cinq cents places seront libérées au centre d’accueil d’urgence pour demandeurs d’asile de Jabbeke, a affirmé lundi la secrétaire d’Etat à l’Asile et à la Migration, Nicole de Moor (CD&V), à l’occasion d’une visite sur place. Le bourgmestre de Jabbeke, Frank Casteleyn (CD&V), s’opposait depuis des semaines à l’arrivée du centre d’accueil.

Les 25 premiers demandeurs d’asile sont arrivés au centre d’accueil d’urgence de Jabbeke la semaine dernière. L’objectif est de disposer de 50 places d’ici la fin de la semaine. Dans les semaines à venir, la capacité sera portée à 150 places, pour atteindre le chiffre de 500 en février.

"L’objectif est que ces personnes restent ici pendant une courte période, avant un transfert vers dans un centre d’accueil Fedasil ordinaire. Par exemple, les premières personnes qui sont arrivées ici la semaine dernière sont déjà parties dans un centre ordinaire", a indiqué la secrétaire d’État de Moor.

Opposition du bourgmestre de la commune

À Jabbeke, l’arrivée du centre d’hébergement d’urgence a suscité une forte opposition. Le bourgmestre Casteleyn n’a pas apprécié la décision d’installer sur le site un centre d’accueil d’urgence humanitaire pour les demandeurs d’asile. Selon lui, la décision allait à l’encontre des plans établis précédemment et le site ne s’y prêtait pas. Le bourgmestre a alors également suspendu la concrétisation du projet en invoquant une possible contamination du site par des PFAS.

Fedasil et la secrétaire d'Etat, Nicole de Moor, se sont alors tournées vers le Conseil d’Etat qui leur a donné raison. Frank Castelyn s’est rangé à cet arrêt. Les centres Fedasil réguliers offriront une capacité supplémentaire de cinq cents places d’ici la fin de l’année. Trois cents places seront ajoutées dans les lieux d’accueils d’urgence.

"En outre, nous avons un accord avec la Région bruxelloise pour 1200 places destinées aux sans abris et des places supplémentaires sont systématiquement ajoutées. Nous voulons ainsi être en mesure d’offrir un lit à tous ceux qui dorment dans la rue", a encore dit Mme de Moor.

Il y a également un effort de sensibilisation, avec des organisations comme la Croix Rouge auprès du groupe de personnes qui n’acceptent pas l’offre de lit dans un bâtiment chauffé, a encore dit Mme de Moor faisant part de sa préoccupation à ce propos. Cette augmentation de capacité, couplée au centre de Glons (Bassenge), permettra d’accueillir 350 personnes en plus d’ici la fin de la semaine, selon la secrétaire d'Etat, puisque 300 demandeurs sont attendus à Glons.

Parallèlement, Mme de Moor ordonnera le transfert d’un premier groupe de demandeurs d’asile qui se trouvent actuellement dans un squat de la rue des Palais à Schaerbeek dans des conditions sanitaires préoccupantes. "Depuis la semaine dernière, nous sommes en mesure d’offrir des lits à tous les demandeurs d’asile qui dormaient dans la rue. Je travaille également à une solution pour les demandeurs d’asile qui séjournent actuellement dans des immeubles squattés. Ils seront progressivement transférés vers le réseau d’accueil de Fedasil. À la fin de cette semaine, un premier groupe de quelques dizaines de demandeurs d’asile sera transféré. Nous le faisons au fur et à mesure, car nous voulons préserver suffisamment de places pour les familles ou les mineurs qui arrivent et que nous accueillons en priorité", a-t-elle expliqué dans un communiqué.

Au cours de la semaine dernière, des équipes mobiles se sont rendues à deux reprises à la rue des Palais pour y prodiguer des soins.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous