RTBFPasser au contenu
Rechercher

Pollution

Crise du plastique : où en est la production sur la planète ?

Crise du plastique : où en est la production sur la planète ?
28 févr. 2022 à 17:00Temps de lecture3 min
Par RTBF avec AFP

Toujours plus de plastique : la production mondiale ne semble pas prête de ralentir et la pollution ne cesse de croître sur la planète, même si des solutions émergent pour tenter de contenir son empreinte sur l'environnement.

Combien produit-on de plastique dans le monde ?

La production mondiale de plastique a doublé entre 2000 et 2019, à 460 millions de tonnes contre 234, selon l'Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE).

Dans le même temps, la production de déchets plastiques a, elle, plus que doublé, à 353 Mt en 2019. Sur la seule année 2019, 22 millions de tonnes de plastique ont été rejetées dans l'environnement, dont 6 millions de tonnes dans les cours d'eau, lacs et océans, selon l'OCDE.

Les plastiques représentent au moins 85% du total des déchets marins.

Pour l'OCDE, c'est comme si le monde produisait chaque année en poids de plastique l'équivalent de 45.500 Tours Eiffel et 35.000 Tours Eiffel en déchets de plastique.

En 2020, avec la pandémie, la production mondiale a légèrement fléchi (-0,5%), pour la troisième fois seulement de l'histoire industrielle moderne selon Plastics Europ, qui regroupe les principaux industriels en Europe. Cela n'était arrivé qu'à deux occasions : en 1973 avec le premier choc pétrolier et lors de la crise financière de 2008.

Où le plastique est-il produit ?

En 2020, plus de la moitié des matières plastiques venaient d'Asie.

La production de la Chine représente à elle seule près du tiers du bilan mondial (32%).

Sur la décennie 2010-2020, elle a fait un bond de 82%, de 64 Mt à 117 Mt alors que la croissance mondiale était de l'ordre de 30%, indique un rapport de Plastics Europe.

L'Europe, elle, a produit 55 Mt de plastique en 2020, en baisse de 5% par rapport à 2019.

La croissance s'est faite essentiellement aux Etats-Unis, au Moyen-Orient "parce que les matières premières y sont beaucoup moins chères ou en Chine parce que la croissance de la demande y est beaucoup plus forte", souligne Jean-Yves Daclin, directeur général pour la France de Plastics Europe.

Comment va évoluer la production ?

Selon des estimations citées en septembre 2021 dans un rapport du WWF, la production de plastique dans le monde devrait doubler d'ici 2040 et "accélérer la crise climatique". L'Institut de recherches IFP Energies Nouvelles (IFPEN) évoque pour sa part des "prévisions inquiétantes", d'un milliard de tonnes par an aux alentours de 2050.

Des chiffres auxquels ne souscrivent pas les industriels. "Compte tenu des politiques décidées partout dans le monde pour limiter l'utilisation des emballages en plastique à usage unique, il est probable que cette croissance diminue et que la production de plastiques ne double pas à nouveau d'ici 2040", souligne M. Daclin.

Principale voie envisagée pour contenir la progression : le recyclage. Mais si l'Europe se distingue en recyclant plus du tiers de ses déchets plastiques (34,6%), au niveau mondial, seulement 33 millions de tonnes, soit 9% des déchets plastiques, ont été recyclés en 2019, selon l'OCDE.

Plus que pour le recyclage, les ONG plaident pour une réduction des usages pour baisser la production mondiale.

Dans cette optique, elles souhaitent un développement du vrac, de la consigne et de l'éco-conception "pour une plus grande durée de vie des produits", explique Juliette Franquet, une responsable de l'ONG Zero Waste.

En concevant dès le départ des produits pour la réutilisation et le recyclage, en éliminant les additifs dangereux, on pourrait réduire "de plus de 80% d'ici 2040" le volume de plastiques qui pénètrent dans les océans et "de 55%" la production de plastique vierge, estimait la directrice exécutive du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) Inger Andersen dans une tribune du Times le 9 février.

Des plastiques sans pétrole ?

La production de plastiques biosourcés, vantée par certains pour diminuer l'utilisation de pétrole, ne représente qu'une part infime de l'industrie. Produits à partir de sucre, amidon, maïs ou blé, ils pèsent moins de 1% de la production mondiale.

Parmi les principales limites à leur développement, l'utilisation de terres agricoles et de ressources en eau. La fondation Heinrich Böll estime par ailleurs dans son "Atlas du plastique" qu'ils ne sont pour la plupart ni complétement biodégradables ni compostables et ne "font en réalité que contourner le problème".

D'où le développement de plastiques biosourcés de deuxième et troisième générations, à partir de déchets végétaux ou d'algues.

En France, la start-up Eranova a inauguré le 18 février un démonstrateur à côté de Marseille pour transformer des algues d'échouage de l'étang de Berre, en granulés bioplastiques.

Autre technique prometteuse, fabriquer du plastique à partir du CO2 rejeté par l'industrie dans l'atmosphère. Des usines commencent à pousser, comme en Autriche, où le groupe Covestro fabrique du polyuréthane.

Sur le même sujet

La Flandre veut réduire de 15.000 tonnes la quantité d'emballages jetables dans la grande distribution

Belgique

Environnement : l’ONU adopte le principe d’un traité contre la pollution plastique

Environnement

Articles recommandés pour vous