Energie

Crise énergétique en Wallonie : 450 euros seront octroyés par place pour aider les maisons de repos

Christie Morreale, la ministre wallonne de la Santé et image d’illustration

© BELGA et Getty

18 oct. 2022 à 09:49 - mise à jour 18 oct. 2022 à 10:08Temps de lecture2 min
Par Belga, mis en ligne par K.D.

Les opérateurs offrant à leurs bénéficiaires un accompagnement de jour comme de nuit, en d’autres termes les maisons de repos, pourront prétendre à une enveloppe régionale de 450 euros par place pour faire face à l’augmentation des coûts de l’énergie sur la période du 1er février 2022 au 31 janvier 2023.

L’aide s’élèvera à 150 euros pour ceux qui ne proposent qu’un accueil de jour, a indiqué la ministre wallonne de l’Action sociale, Christie Morreale, mardi, en commission du Parlement wallon.

 

"En ce qui concerne les opérateurs assurant leurs missions en ambulatoire, dont les services de santé mentale, les centres de planning…, l’intervention s’élèvera à 1000 euros par service", a-t-elle ajouté.

Afin de soutenir les travailleurs occupant des fonctions itinérantes, le gouvernement a également prévu un budget de 300 euros par équivalent temps plein concerné. Cette somme sera allouée aux services d’aide aux familles et aux aînés ainsi qu’aux services d’aide en milieu de vie du secteur du handicap, dont les travailleurs utilisent leur véhicule personnel pour se rendre au domicile des bénéficiaires mais également pour les sorties avec eux.

"L’affectation précise de cette enveloppe financière sera décidée localement, dans le cadre de la concertation sociale, mais devra impérativement servir à alléger le coût financier de la mobilité pour ces travailleurs", a encore précisé la ministre Morreale.

Aide aux familles

Afin de soutenir les travailleurs occupant des fonctions itinérantes, le gouvernement a également prévu un budget de 300 euros par équivalent temps plein concerné. Cette somme sera allouée aux services d’aide aux familles et aux aînés ainsi qu’aux services d’aide en milieu de vie du secteur du handicap, dont les travailleurs utilisent leur véhicule personnel pour se rendre au domicile des bénéficiaires mais également pour les sorties avec eux.

"L’affectation précise de cette enveloppe financière sera décidée localement, dans le cadre de la concertation sociale, mais devra impérativement servir à alléger le coût financier de la mobilité pour ces travailleurs", a encore précisé la ministre Morreale.

Concernant le Covid

Alors qu'un nouveau pic de contaminations au Covid vient être atteint mais que la prudence reste de mise en raison de l'arrivée de nouveaux variants, "il n'est absolument pas question d'interdire les visites en maison de repos, hors cluster spécifique", a assuré la ministre wallonne de la Santé, Christie Morreale, interrogée sur le sujet par plusieurs députés, mardi, en commission du parlement régional.

"Il n'est absolument pas question d'interdire les visites en maison de repos"

Une dizaine de maisons de repos wallonnes comptent actuellement un cluster de 10 cas et plus de Covid. Et au 12 octobre, 87 institutions toutes catégories confondues annonçaient au moins un cas de contamination. 

Selon la ministre, "la vaccination en maison de repos est très bien suivie, avec un taux de vaccination de 74% en 4e dose alors que la vaccination est encore en cours, que certains médecins ont encodé leurs vaccinations sous leur numéro INAMI plutôt que celui de la maison de repos et que 45.000 doses permettant de vacciner 90% des résidents ont été distribuées."

Sur le même sujet : extrait du JT du 25/10/2022

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous