Energie

Crise énergétique : Les Engagés proposent un "électrochoc" pour un "Etat stratège" en matière d’énergie

Images d'illustration

© AFP/BELGA

05 sept. 2022 à 13:01Temps de lecture3 min
Par Belga, mis en ligne par K.D.

Plafonner le prix du gaz, réduire d’un quart la consommation énergétique du pays, booster les renouvelables et construire de nouveaux réacteurs nucléaires : l’opposition Les Engagés a avancé lundi une série de mesures "électrochoc" pour faire de la Belgique un "Etat stratège" en matière énergétique.

"On fait actuellement face à un attentisme coupable du gouvernement et à un manque de perspectives pour l’avenir et la nécessité d’accélérer la transition énergétique", a dénoncé lundi Maxime Prévot, président des Engagés, lors d’une conférence de presse à Namur aux côtés de plusieurs membres de son parti.

 

"Attentisme coupable"

Pour éviter que l’explosion actuelle des prix de l’énergie n’engendre une catastrophe sociale "plus grave que celle du covid", il est urgent, aux yeux des Engagés, que l’État plafonne le prix du gaz pour les consommateurs à 100 euros par MWh, ce qui permettrait de limiter la facture annuelle de gaz pour un ménage moyen à 3500 euros par an (contre les quelque 8000 euros annoncés actuellement).

La différence entre le prix au consommateur et le prix sur les marchés serait prise en charge par les pouvoirs publics. "Si le prix du gaz se maintient à 300 euros le MWh, ce qui n’est déjà plus le cas aujourd’hui, cela coûterait 20 milliards d’euros par an", selon le vice-président des Engagés, Yvan Verougstraete, pour qui la mesure pourrait être financée par les surprofits dégagés par les énergéticiens mais aussi l’endettement public.

Ce qu’il faut maintenant, c’est fixer des objectifs qui dépassent une mandature et qui transcendent les positionnements politiques pour offrir une prévisibilité jusqu’en 2050

 

Duplex dans notre 13h :

Union nationale

A côté de cette mesure d’urgence, et devant les signes de plus en plus dramatiques du réchauffement climatique, les Engagés estiment que l’heure doit à présent être à l’union nationale en la matière, Maxime Prévot évoquant même lundi un "Octopus de l’énergie", en référence à ce large accord entre huit partis intervenu au lendemain de l’affaire Dutroux pour réformer les services de police.

"En matière de climat, on sait qu’il est minuit moins cinq. Ce qu’il faut maintenant, c’est fixer des objectifs qui dépassent une mandature et qui transcendent les positionnements politiques pour offrir une prévisibilité jusqu’en 2050", a défendu le Namurois.

Et les Engagés de formuler d’emblée une série de propositions concrètes pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et décarboner le mix énergétique belge.

Prolonger les réacteurs

Ils proposent notamment de prolonger les réacteurs existants "qui sont sûrs" et de multiplier par deux ou trois de la production nucléaire actuelle via la construction de jusqu’à 20 réacteurs supplémentaires. Objectif : que le nucléaire assure demain 25% de nos besoins énergétiques, contre moins de 9 aujourd’hui.

"On va avoir besoin de nucléaire à l’avenir. C’est l’évidence même si l’on veut électrifier notre mix énergétique ! ", a insisté le député fédéral Georges Dallemagne.

Outre ce recours accru à l’atome, les Engagés préconisent aussi de réduire de 25% la consommation nette énergétique du pays à l’horizon 2050, notamment via un programme massif d’isolation des bâtiments et des habitations financé par le mécanisme du tiers investisseur, mais aussi l’interdiction de l’éclairage nocturne des magasins et bureaux, la diminution du chauffage et de la climatisation dans les bâtiments publics et les commerces, etc.

On va avoir besoin de nucléaire à l’avenir

Enfin, le parti propose de multiplier par quatre les énergies renouvelables d’ici trente ans, notamment via la biomasse, le biogaz ou l’hydrogène.

Même s’ils sont actuellement partout dans l’opposition, les Engagés se sont néanmoins dits prêts lundi à soutenir de l’extérieur toute initiative des gouvernements en place pour aider à soulager au plus vite les factures énergétiques des citoyens et des entreprises.

Sur le même sujet

Démissions à la tête de la fédération bruxelloise des Engagés pour changement de structure

Regions

Maxime Prévot (Les Engagés) : "J’accuse les gouvernements de non-assistance à personne en danger"

Belgique

Articles recommandés pour vous