Monde Europe

Crise énergétique : l’Europe peut-elle se passer du gaz russe cet hiver ?

15 juil. 2022 à 15:29 - mise à jour 16 juil. 2022 à 12:13Temps de lecture2 min
Par Valentina Jaimes

Face à un hiver qui s’approche, la Commission européenne prépare son plan d’urgence pour limiter la demande de gaz russe. Différentes mesures au programme : moins climatiser, moins chauffer, substituer au gaz d’autres sources d’énergie et mettre en place des enchères pour les industriels.

"Nous devons nous préparer à de nouvelles perturbations de l’approvisionnement en gaz, voire à une coupure complète de la part de la Russie", a prévenu Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne, devant le Parlement de Strasbourg, le 6 juillet. Pour parer au risque d'un arrêt brutal des livraisons de gaz russe, la Commission européenne publiera le 20 juillet un plan d’urgence.

La société russe Gazprom effectue, depuis lundi, une opération de maintenance du Nord Stream 1. Il s’agit de la plus grande route d’importations de gaz vers l’Europe. Rien à voir avec la guerre, c’est un exercice de routine. Mais les pays européens s’inquiètent de la possibilité qu’à son issue, le géant trouve un prétexte pour "fermer le robinet". Cette décision pourrait être problématique pour l’UE qui dépendait par 40% des importations de gaz russe avant la guerre.

Ne plus financer la guerre

L’importation des combustibles fossiles russes est devenue une arme politique pour la Commission européenne. En mai, l’Europe a présenté un plan pour devenir progressivement indépendante vis-à-vis de Moscou.

Concrètement, certains pays n’utilisent déjà plus de gaz provenant de Russie. Ce sont les États baltes, la Pologne, la Bulgarie et la Finlande. Pour d’autres, l’approvisionnement a été diminué. L’Allemagne, le Danemark, les Pays-Bas et l’Italie se trouvent dans ce cas. Pour tous, les importations via le gazoduc Nord Stream 1 ont été réduites de 60%.

Loading...

Par conséquent, les prix de l’énergie ont grimpé. Cela soulève des inquiétudes face à la capacité de l’Europe de se passer du gaz russe un jour. Évidemment, un arrêt complet ne s’effectue pas du jour au lendemain. Une émancipation totale n’est envisagée qu’en 2027 au mieux.

Les mesures envisagées

"Save gas for a safe winter" ("économisez du gaz pour un hiver en toute sécurité"), c’est le nom du nouveau plan d’urgence de la Commission qui sera publié mercredi prochain. La RTBF a pu lire une première mouture du texte, éventée dans le média "Contexte". La Commission y précise les mesures qu’elle envisage d'adopter.

L'actu

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Les consommateurs vulnérables qui "n’auront pas les moyens d’assurer leur propre approvisionnement" continueront à être protégés par le droit de l’UE, en vertu d’un règlement de 2017. Un mécanisme de solidarité sera alors mis en œuvre.

Le plan prévoit de diminuer le chauffage. Il faudra baisser les thermostats de 1 °C au sein des ménages et réduire le chauffage à 19 °C dans les bâtiments publics, les bureaux et les magasins.

Quant aux industries, la Commission les incite à réduire leur consommation via des enchères ou d’appels d’offres, afin de limiter les dommages à la société.

Les pays de l’UE devront globalement "s’entraider". Les entreprises sont appelées à déplacer leur production vers des régions moins exposées aux pénuries d’approvisionnement.

La Commission européenne recommande aux pays de l’UE d’utiliser plus d’énergies renouvelables. Le gaz devra être remplacé par d’autres combustibles pour la production d’électricité, notamment le charbon et l’énergie nucléaire. Une solution temporaire, car l’EU avait promis d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050.

En particulier, la Commission s’adresse aux pays qui ont décidé de sortir du nucléaire. Lorsque cela est possible, ils devront reporter leur plan de sortie du nucléaire afin de limiter l’impact sur les livraisons vers d’autres États membres.

Sur le même sujet

Allemagne : sur le rail, charbon et pétrole auront priorité sur les voyageurs

Monde

Bruxelles : la Région veut éteindre les publicités lumineuses pendant la nuit partout dans la capitale

Regions

Articles recommandés pour vous