RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions Liège

Crise politique à Verviers : un nouveau président pour la section locale du PS

L'ancien directeur général de la ville entre en politique
07 août 2020 à 05:34 - mise à jour 07 août 2020 à 05:34Temps de lecture2 min
Par Philippe Collette

A Verviers, le parti socialiste tente de sauver les meubles et de reconstruire après l’exclusion du PS de la Bourgmestre Muriel Targnion.

Les élus soutenant la Bourgmestre se comptent désormais sur les doigts d’une seule main. Après Didier Nyssen et Jean François Istasse, ce sont les échevines Sophie Lambert et Sylvia Belly qui sont rentrées dans le rang. Muriel Targnion ne compte plus que 3 élus qui lui restent fidèles. Trop peu pour présenter un nouveau pacte de majorité et garder le mayorat.

Par contre le PS "officiel" devrait, en principe, conserver ce mayorat dans une nouvelle majorité à former avec le cartel MR-Nouveau Verviers et cdH.

Pierre Demolin entre en politique

Pour négocier ce nouveau pacte de majorité, l’Union socialiste communale s’est choisie un nouveau président en la personne de Pierre Demolin qui effectue ainsi son entrée en politique active à Verviers.

Pierre Demolin a été le chef de cabinet de l’ancien bourgmestre Claude Desama durant ses deux mandats. Il fut ensuite nommé directeur général de la Ville avant de prendre un congé sans solde pour se lancer dans d’autres occupations professionnelles. Il reste cependant dans le cadre du personnel de la Ville de Verviers. Pierre Demolin reprend donc la présidence de l’USC laissée vacante depuis la démission de Gilbert Larbuisson.

Il devrait, dans un premier temps, assurer la présidence durant environ six mois avant de provoquer une élection interne.

Un autre scénario, sans le PS?

Le PS verviétois tente de se reconstruire
Le PS verviétois tente de se reconstruire RTBF

SI ce scénario, le PS allié au cartel MR-NV-Cdh. L’écharpe mayorale pourrait revenir à Jean François Istasse mais pour cela, il faut aussi des désistements en cascade à commencer par celui d’Hasan Aydin, l’actuel président du CPAS mais aussi de l’actuelle échevine Sophie Lambert. Dans ce cas, en principe, ces derniers ne pourraient plus prétendre à leur mandat actuel. Il semblerait toutefois, selon certains juristes, qu’il pourrait y avoir des dérogations. Une jurisprudence existe du côté de Charleroi.

Quant à la question de savoir si ces discordes au sein du PS peuvent conduire au rejet du PS dans l’opposition ? Ce n’est pas encore tout à fait exclu. Pour cela, il faudrait que le cartel parvienne à convaincre d’autres formations politiques de rejoindre une majorité. On pense à Ecolo avec lesquels un contact informel aurait eu lieu.

 

 

 

Articles recommandés pour vous