Monde

Crise russo-ukrainienne : le point sur la situation

Des véhicules militaires russes chargés sur la plate-forme d'un train dans la région russe de Rostov, à une cinquantaine de km de la frontière avec la république auto-proclamée de Donetsk, le 23 février 2022

© STRINGER

23 févr. 2022 à 13:50Temps de lecture2 min
Par AFP

Situation sur le terrain, tractations diplomatiques, principales déclarations: le point sur la crise russo-ukrainienne.

L'Ukraine rappelle ses réservistes

L'Ukraine a lancé mercredi la mobilisation des réservistes de son armée et demandé à ses ressortissants de quitter la Russie au plus vite.

"La mobilisation concernera les réservistes âgés de 18 à 60 ans", officiers et militaires de rangs de la réserve opérationnelle appelés à rejoindre leur unité d'origine si besoin. L'Ukraine compte plus de 200.000 réservistes en plus des 250.000 membres des forces armées régulières.

Le Conseil de sécurité ukrainien a par ailleurs demandé d'instaurer un état d'urgence dans le pays, une décision que le Parlement doit entériner dans les 48 heures.

Sanctions de l'UE bientôt en vigueur

Le paquet de sanctions adopté par l'Union européenne contre la Russie après la reconnaissance par Moscou de deux entités séparatistes dans l'Est de l'Ukraine entrera en vigueur dès mercredi soir ou jeudi, selon le secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes.

Ce premier paquet de sanctions, qui pourra "aller au-delà", comprend des mesures ciblées, notamment contre les députés russes qui ont voté la reconnaissance, et des mesures financières contre des banques russes.

Berlin peut se passer du gaz russe

L'Allemagne pourra se passer à terme si nécessaire du gaz russe, dont elle dépend énormément encore aujourd'hui pour son énergie, a estimé mercredi le ministre allemand de l'Economie et du Climat, Robert Habeck.

Le prix du gaz en Europe repart à la hausse 

Les prix du gaz et de l'électricité sont repartis à la hausse mercredi en Europe sur fond de tension entre la Russie et l'Ukraine.

Poutine "ouvert au dialogue"

Le président russe Vladimir Poutine a insisté mercredi sur le caractère "non négociable" des intérêts et de la sécurité de son pays, vantant ses capacités militaires tout en se disant disposé à trouver des "solutions diplomatiques" dans la crise avec l'Ukraine.

Invasion "hautement probable" selon Londres

La ministre britannique des Affaires étrangères, Liz Truss, a estimé mercredi "hautement probable" que Vladimir Poutine veuille envahir l'Ukraine et prendre sa capitale Kiev.

Le Royaume-Uni s'est par ailleurs dit disposé à offrir des garanties de crédit à l'Ukraine à hauteur de 500 millions de dollars afin d'atténuer l'impact d'une invasion russe.

Pékin accuse Washington

La Chine a accusé mercredi les Etats-Unis de "mettre de l'huile sur le feu" en Ukraine.

"Les Etats-Unis n'ont cessé de vendre des armes à l'Ukraine, augmentant les tensions, créant la panique et ils ont même exagéré le calendrier d'une guerre", a fustigé devant la presse une porte-parole de la diplomatie chinoise, Hua Chunying.

En Belgique : un conseil national de sécurité

Le Premier ministre, Alexander De Croo, a convoqué le Conseil National de Sécurité (CNS) ce mercredi à 14h00. La réunion est consacrée à la situation en Ukraine.

L'invité de Matin Première du 23/02/2022 sur la position russe en Ukraine:

L'invité de Matin Première : Piotr Tolstoï, Vice-Président de la Douma, chambre basse du parlement de la Fédération de Russie

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Conseil national de sécurité : la Belgique n'enverra pas de matériel d'armement en Ukraine

Politique

Conflit en Ukraine : le prix du gaz repart à la hausse en Europe

Economie

Articles recommandés pour vous