Regions Liège

Cristal Park : discorde dans la majorité socialiste à Seraing à la veille du premier mai

Le conseil communal de Seraing ce lundi 25 avril 2022

© RTBF – François Braibant

30 avr. 2022 à 07:00 - mise à jour 30 avr. 2022 à 11:36Temps de lecture4 min
Par François Braibant avec David Leloup (Le Vif)

Le dossier Cristal Park crée une lézarde entre socialistes à Seraing. Le bourgmestre Bekaert met à demi-mot son mayorat dans la balance. L’échevine Laura Crapanzano et l’échevin Alain Decerf annoncent qu’ils pourraient, eux, démissionner de leurs mandats d’administrateurs d’Immoval, la société chargée de réaliser le Cristal Park.

Le Cristal Park, rappelons-le, c’est le projet de reconversion économique, touristique et commerciale du site industriel des anciennes cristalleries du Val Saint-Lambert. Ce projet, lancé il y a presque vingt ans est toujours au point mort. Il était porté à bout de bras par la majorité socialiste sérésienne, défendu en particulier par l’ancien bourgmestre Alain Mathot. L’échec aujourd’hui est évident.

Les récents articles de presse, notamment ceux de la RTBF et du Vif, semblent avoir poussé les politiques sérésiens à réagir… mais ils tirent en sens opposés. Quand l’un veut (provisoirement) tout arrêter pour y voir clair, les autres rejettent ce qu’ils nomment "immobilisme".

Un échange de courriels et des menaces de démission

C’est ce que montre un échange de courriels parvenu ce vendredi entre les mains de la RTBF et du Vif. Dans le premier e-mail, envoyé mercredi soir aux membres du collège (tous PS), le bourgmestre socialiste Bekaert demande aux administrateurs sérésiens d’Immoval (Laura Crapanzano pour la Ville et Alain Decerf pour la Province) "de ne plus prendre d’options et d’initiatives quant au projet du Crystal Park et à son devenir. Les divers projets doivent être gelés" en attendant d’avoir fait la lumière sur le dossier. Francis Bekaert ajoute un peu plus loin n’avoir "aucune confiance dans l’administrateur délégué actuel*". Il craint des décisions dans son "intérêt personnel" et voudrait qu’on ne le laisse pas faire "n’importe quoi".

Laura Crapanzano et Alain Decerf ont répliqué le lendemain au mail du bourgmestre, toujours par courrier électronique. Les deux échevins et administrateurs de la société Immoval demandent "un débat et une position unanime de notre collège. En tant qu’administrateurs, on s’y conformera ou on démissionnera de notre mandat." Dans le paragraphe suivant, ils s’opposent de façon nette à l'injonction du bourgmestre : "nous sommes convaincus qu’on attend de nous une véritable prise main et non un immobilisme". Les deux échevins proposent ensuite un plan succinct de raccommodage du projet.

Francis Bekaert répond à ses échevins dans un troisième courriel. Il répète qu’il veut d’abord "faire la clarté". Et si ça ne plaît pas, si on considère qu’il se trompe, il conclut : "je ne m’exprimerai plus et en tirerai les conclusions, à titre personnel."

En mettant – en termes à peine voilés – sa démission dans la balance, Francis Bekaert joue de la rivalité – connue – entre les échevines Géradon et Crapanzano. La première a récolté 4449 voix de préférence aux élections de 2018, la deuxième n’en a réuni que 2010, soit moins de la moitié. Si Francis Bekaert devait prématurément quitter son poste, c’est Deborah Géradon, deuxième score de la liste socialiste, qui irait s’asseoir dans le fauteuil mayoral.

Les répercussions sur la fédération "seront terribles"

Nous avons appelé Francis Bekaert, Laura Crapanzano, Alain Decerf et Déborah Géradon. Les deux derniers n’ont pas décroché. L’échevine Crapanzano – réputée proche de l’ex-bourgmestre Alain Mathot – nous répond qu’elle est pour l’instant "à l’étranger" et qu’elle "ne commente pas des mails confidentiels". Le bourgmestre Bekaert (qui ne sera plus candidat mayeur dans deux ans) s’est lui aussi étonné. Il confie être fatigué du dossier Cristal Park.

Tant le bourgmestre Bekaert que ses deux échevins " frondeurs " souhaitent que les pouvoirs publics reprennent la main dans le dossier. Cela semble extrêmement difficile à réaliser. Pour rappel, comme la RTBF et Le Vif l’ont révélé, le montage d’actionnaires a été spécialement pensé pour que les pouvoirs publics soient minoritaires dans la société Immoval. Les socialistes sérésiens semblent bien avoir cuit eux-mêmes la glu dans laquelle ils sont empêtrés.

"Ce dossier nous impacte politiquement mais les répercussions sur la Fédération seront terribles" se désole Francis Bekaert. Le bourgmestre montre bel et bien la plaie. Il nous revient que le président de la Fédération liégeoise du PS, Frédéric Daerden, aurait convoqué le collège de Seraing fin de semaine pour évoquer l’affaire Cristal Park. Francis Bekaert ne nous l’a pas confirmé.

Frédéric Daerden, que nous avions appelé, nous a répondu ce samedi matin, une demi-heure après la publication des articles du Vif et de la RTBF : "il s’agit d’un dossier sérésien et pas de la Fédération. Les 'répercussions' éventuelles ne savent pas être 'terribles' sur la Fédé. Mais un président doit veiller à l’action et au bon développement du parti […] dont à Seraing évidemment".

A la veille du premier mai, la zizanie socialiste sérésienne et ses menaces croisées de démissions à propos du Cristal Park ternissent l’image du PS.

 

* Il s’agit de Guido Eckelmans, actionnaire présent depuis 2002 aux côtés de Pierre Grivegnée, ex-patron aujourd’hui démissionnaire de la société Immoval, toujours chargée de développer le Cristal Park.

Sur le même sujet

Projet Cristal Park à Seraing : les craintes de l'asbl "Le Bois du Val" pas tout à fait apaisées

Regions Liège

Seraing : fausses factures au Cristal Park

Regions Liège

Articles recommandés pour vous