Cyclisme

Critérium du Dauphiné - Cyril Saugrain charmé par l'évolution d'Intermarché-Circus-Wanty : "On ne peut que saluer tout le travail qui est fait"

Cyril Saugrain charmé par l'évolution d'Intermarché-Circus-Wanty : "On ne peut que saluer tout le travail qui est fait"

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Par Jérôme Jordens avec Rodrigo Beenkens

Georg Zimmermann a ramené une belle victoire à l’équipe Intermarché-Circus-Wanty en s’imposant sur la sixième étape du Critérium du Dauphiné. Le plus costaud dans l’échappée, l’Allemand a battu Matthieu Burgaudeau dans un sprint à deux. Une victoire méritée pour Cyril Saugrain au micro de Rodrigo Beenkens : "C’est juste mérité. On avait vu cette équipe Intermarché-Circus-Wanty être aux avant-postes dès le début de ce Dauphiné. Ce n’est pas passé loin sur la première étape. On vient sur le Dauphiné pour confirmer la condition, la forme. On vient aussi pour prendre de la confiance et je pense que c’est réussi pour cette équipe qui va sortir du Dauphiné avec le plein de confiance et objectiver des victoires d’étape sur le Tour de France".

Si les équipes Jumbo-Visma et UAE Team Emirates dominent à nouveau la course, les deux seules étapes qui n’ont pas atterri dans l’escarcelle des deux monstres sont tombées dans la poche des équipes belges Soudal-Quick Step et Intermarché-Circus-Wanty. Un signe que le cyclisme belge se porte bien : "Il y a des belles équipes. On sent que les structures sont solides. On a fait un travail de fond pour essayer d’avoir aussi des équipes qui ont grandi. Parce que cette équipe Intermarché-Circus-Wanty, c’était une petite équipe il y a quelques années, qui a construit un projet d’année en année pour grandir. Pour arriver aujourd’hui au niveau World Tour et gagner à ce niveau et surtout s’imposer sur le long terme, tout au long d’une saison sur le World Tour. On ne peut que saluer tout le travail qui est fait et c’est vrai qu’il y a de belles structures en Belgique. L’équipe Alpecin est quand même très solide avec bon nombre de victoires. On a deux blocs qui sont quasi intouchables mais derrière ça se chahute un petit peu".

Si Zimmermann l’a emporté, dans le groupe des favoris, la course est restée relativement calme. Malgré une petite accélération de Jonas Vingegaard, les écarts n’ont pas bougé au général et le Danois entame le dernier week-end de course avec une belle avance : "Il faut toujours être vigilant. Une course n’est jamais gagnée tant qu’elle n’est pas terminée. La preuve en est sur la première étape où on avait vu Herregodts se faire rattraper à 25m de la ligne. Malgré tout, c’est vrai que Vingegaard aborde les deux dernières étapes, qui semblent être les plus favorables, avec un matelas plus que confortable. Et derrière on a des maillots sur lesquels il va y avoir de la bagarre. Le maillot blanc, tout reste à faire, et on a encore 6-7 coureurs qui peuvent encore l’emporter. Le maillot à pois, Burgaudeau la pris aujourd’hui, mais ça va être très difficile de le garder demain. Et il va y avoir de la bagarre parce qu’on peut encore aller chercher ce maillot. Et c’est vrai que Trentin et Alaphilippe sont en embuscade derrière Laporte. Quelles sont les ambitions de Laporte pour le maillot vert ? C’est une question. On aura assez vite la réponse demain parce que le premier sprint est au bout de 20km. Si Laporte veut le défendre, il va faire rouler son équipe".

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma... Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Tous les sujets de l'article

Articles recommandés pour vous