RTBFPasser au contenu
Rechercher

Tendances Première

Cryptomonnaies : où sont les femmes ?

14 mars 2022 à 13:59Temps de lecture2 min
Par RTBF La Première

Parmi les 11 millions de Belges, 800 000 personnes investissent en Bourse, soit 7 à 8% de la population, selon l'Autorité des services et marchés financiers - FSMA. Ce chiffre est en constante augmentation, surtout chez les jeunes, et surtout depuis le Covid. 2 à 3% s'intéressent à la cryptomonnaie, dont 95% d'hommes et 5% de femmes ! Avec Fanny Carbonnel, tentons de comprendre pourquoi il y a une sous-représentation des femmes dans ce domaine.

Comment expliquer cette différence hommes-femmes ?

En Belgique, 13 000 femmes seulement investiraient donc en cryptomonnaie, observe Fanny Carbonnel.

Même si les temps évoluent, les femmes gardent encore majoritairement la charge de la gestion du foyer, de la famille, des enfants et de leur sécurité à tous. Elles ont moins de comportements imprudents que les hommes, qui s'autorisent plus d'audace pour améliorer leur qualité de vie. Les métiers des secteurs de la finance, l'immobilier, la technologie, où il y a plus de prise de risque, sont dominés par les hommes.

S'il n'y a pas le même rapport au risque entre les hommes et les femmes, cela vient  clairement de nos racines. Les stéréotypes ont la vie dure... Au travers de notre éducation, de l'école, de la société, la femme est assimilée à la sécurité du foyer, à la discrétion, à l'idée de ne pas faire de vagues, et l'homme à l'aventure, à la force, au fait de n'avoir peur de rien. On n'invite pas les femmes à être aventureuses, à oser se lancer. Elles sont exclues de certains domaines.

Décrypter le monde des cryptomonnaies

Caro est créatrice des Cryptos de Caro, une newsletter gratuite qui aide à la compréhension de la blockchain. Selon elle, le problème, c'est l'accès aux sources d'information. Il ne fait pas bon être débutant.e dans l'univers des cryptos !

Si on pose des questions, explique-t-elle, on se fait violenter par des gens cachés derrière des pseudos. On ne comprend pas les codes, ni comment ça se passe. "Cela arrête les femmes et, en plus, il n'y a pas beaucoup de modèles féminins qui s'expriment sur le sujet. Même s'il y a de plus en plus de femmes dans le secteur de la technologie, en général, les hommes parlent plus de finances avec d'autres hommes et moins aux femmes."

L'intérêt des femmes par rapport à la blockchain vient des conseils de leurs proches : partenaire, amis, collègues de travail. Caro, au départ, a eu du mal à trouver des informations claires, accessibles et qui n'étaient pas dans le jugement. C'est suite à cela qu'elle a fondé Les Cryptos de Caro, pour rendre les cryptomonnaies compréhensibles par tous.

A la conquête des cryptomonnaies !

Le Canadien Jessy a fondé La famille Crypto. Pour lui, la créativité, pour être alimentée, a besoin de diversité intellectuelle. Il y a un manque de perspective et de créativité, qui pourraient être apportées par la vision féminine. Cela manque, les idées, les opinions, les cultures, l'expérience, les connaissances qui forgeront le futur car on sait que la blockchain va changer notre vie : l'immobilier, l'art, l'assurance, les jeux...

"C'est un peu une bizarrerie, le fait qu'il n'y ait vraiment pas beaucoup de femmes, souligne Fanny Carbonnel. Cela va sûrement changer, mais il faudrait que ça aille plus vite. C'est accessible à tout le monde, et c'est ça que les femmes ne savent pas encore. Il suffit d'avoir une connexion internet, des papiers d'identité et vous pouvez vous lancer."

Pour ne pas se prendre tous ces changements en pleine face, mais plutôt en être les actrices, il est temps que les femmes partent aussi à la conquête de ce monde-là ! 

Tendances Première : Les Tendanceurs

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

La cryptomonnaie peut-elle financer le terrorisme ?

Tendances Première

Savez-vous parler en acronymes ? On décode pour vous

Tendances Première

Articles recommandés pour vous