RTBFPasser au contenu
Rechercher

Tour de France

Cyril Saugrain : "Il y a encore la place pour que Wout Van Aert en gagne au moins une"

Saugrain: "Il y a encore la place pour que Wout Van Aert en gagner au moins une"
04 sept. 2020 à 16:44 - mise à jour 04 sept. 2020 à 16:44Temps de lecture2 min
Par Sylvain Rouquet

Un vent piégeux a soufflé vendredi sur le Tour de France dont la 7e étape est revenue au Belge Wout Van Aert, vainqueur à Lavaur de sa deuxième étape depuis le départ.

Une étape animée de bout en bout, avec dans un premier temps, une lutte pour le maillot vert, entamée dès le départ. L’équipe Bora a mis le peloton en file indienne pour exclure le peloton et permettre à son leader, Peter Sagan, de reprendre le maillot vert. Si l’objectif est atteint, il l’est seulement à moitié. "Quand on fait le bilan en fin de journée, la débauche d’énergie a été énorme" explique notre consultant Cyril Saugrain au micro de Rodrigo Beenkens. "Pas pour Sagan dans un premier temps mais pour son équipe. Il fait presque le plein au sprint intermédiaire mais il passe à côté du sprint final. C’est là qu’il devait créer un peu plus d’écart. Finalement il termine la journée avec 9 points d’avance avec Sam Bennett, son plus sérieux adversaire. Ce n’est pas énorme. Mais c’est une partie du chemin qui est réalisée."


>> Lire aussi : "Des Strade Bianche au Tour, en passant par Milan-Sanremo : l’été rayonnant de Wout Van Aert"


Au final c’est un petit groupe qui s’est disputé la victoire finale. Et Wout Van Aert a de nouveau été le plus vif. Pour la deuxième fois en 48 heures. "Le talent est là. L’homme est très fort" analyse Cyril Saugrain. "On avait envisagé des possibilités pour lui dans des sprints avec des groupes restreints. Il est puissant. Il sait se placer. Il court juste. Chapeau Wout. Il doit continuer comme cela, il y aura encore peut-être l’une ou l’autre possibilité. Mais le Tour rentre dans sa phase "Montagne" donc on va peut-être lui demander de travailler encore un peu plus. Mais je pense qu’il y a encore la place pour en gagner au moins une."

L’étape a aussi été marquée par le retard accumulé par certains favoris dont Tadej Pogacar. Le Slovène a été surpris par une bordure dans le final. "C’est une erreur de jeunesse due à une erreur de placement" explique notre consultant. "On savait, en lisant le roadbook que ce virage après Castres était stratégique parce qu’on reprenait un vent 3/4 dos. Les bordures avec vent 3/4 dos, cela roule très très vite. On a eu une grosse relance via Kwiatkowski qui a mis tout le peloton en file indienne. Ça a explosé après deux kilomètres."

"Deux ou trois adversaires pour le classement général ont été écartés" termine le Français. "Moi, je dis : Bien joué !"

Articles recommandés pour vous