Vuelta - Cyclisme

D’abord chasseur, longtemps chassé mais jamais rattrapé : les sept moments clés de la Vuelta d’Evenepoel

Remco Evenepoel victorieux lors de la 18e étape.

© Tous droits réservés

Vuelta 2022 : Victoire de Remco Evenepoel

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Ce n’est plus une utopie, Remco Evenepoel n’est qu’à quelques kilomètres de triompher sur la Vuelta. Et si la victoire du Belge ne souffre d’aucune contestation, c’est bien parce que lui et son équipe ont su asseoir leur domination mais également éviter les pièges d’un Tour d’Espagne indécis. Retour sur les moments clés d’une course noire-jaune- (très) rouge.

Utrecht : Dans l’ombre, mais pas trop

Le champion de Belgique de contre-la-montre débarque à Utrecht quelque peu dans l’inconnue. Hormis lors de sa victoire sur la Clasica San Sebastian, il s’est fait relativement discret. Le coureur martèle avoir connu une préparation sans faille mais le grand public et ses adversaires ne savent pas réellement à quoi s’attendre. Des questions qui vont également de pair avec la force intrinsèque de son équipe. Face à l’armada Jumbo-Visma, il faudra être solide pour tenir sur la durée. En ce sens, la première étape, un exercice chronométré par équipes, fait office de parfait révélateur. Et, un peu plus de 23 kilomètres plus loin, le constat est implacable. L’équipe hollandaise prend déjà un léger ascendant de 14 secondes sur son homologue belge. Remco Evenepoel est néanmoins placé en embuscade et l’opération, avec recul, semble presque parfaite. Quick Step a rassuré sans pour autant installer une énorme pression sur son leader.

1er étape :Utrecht > Utrecht (Clm équipe) : Victoire de Jumbo-Visma

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Pico Jano : La prise de pouvoir

Pendant que les Jumbo Visma se refilent le maillot rouge d’étape en étape, Evenepoel attend patiemment son tour. C’est finalement au 6e jour de course que le petit gabarit va sortir de sa boîte. Et de quelle manière. Au train et sans réelle accélération, le Belge va sortir presque tous ses adversaires de sa roue sur les pentes du Pico Jano. Seul Enric Mas tiendra bon jusqu’à la ligne. L’Espagnol est également le seul parmi les leaders à rester sous la minute de retard au classement général.

6e étape : Bilbao > Ascensión al Pico Jano. Victoire de Jay Vine. Remco Evenepoel en Rouge

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

De Les Praeres à Alicante : Remco assomme la concurrence

Après avoir fait preuve d’une patience qu’on ne lui connaissait pas la veille, sur la 8e étape, Evenepoel va asseoir sa domination en deux temps pas de mouvement. Une nouvelle fois, le cycliste de Schepdaal reste assis sur son vélo et asphyxie tous ses adversaires lors dans la montée vers Les Praeres. Un style tout en puissance qui va également faire des merveilles le lendemain dans les rues d’Alicante pour le contre-la-montre individuel. Impressionnant de sérénité, le coureur Quick-Step repousse son premier concurrent, Primoz Roglic à 48 secondes. Mieux encore, le Slovène est maintenant relégué à 2min41 au classement général. À la mi-course, on voit mal comment ce Evenepoel-là peut être inquiété d’ici l’arrivée dans la capitale madrilène.

10e étape : Elche > Alicante (Clm individuel) : Première victoire sur un grand tour pour Remco Evenepoel

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sierra De La Pandera : Le roseau belge plie mais ne rompt pas

Si le Belge semble très costaud, reste encore une inconnue. Sa résistance et sa capacité de récupération dans une troisième semaine de Grand Tour, souvent fatidique. Bien malgré lui, Evenepoel va apporter des premiers éléments de réponse lors de la 14e étape. Lorsque Roglic se dresse sur les pédales pour attaquer le maillot rouge, ce dernier reste d’abord assis dans son style désormais caractéristique. Mais alors qu’on pense voir le Belge recoller, l’écart ne cesse d’augmenter et ses adversaires l’attaquent à tour de rôle pour finalement le laisser seul face à son propre sort. Au courage, le leader du général s’accroche pour préserver sa tunique. Bis repetita le lendemain. Et, cette fois-ci, Evenepoel concédera encore moins de temps vers l’Alto Hoya. Passant avec succès l’examen des 2500 mètres d’altitude.

15e étape : Martos > Sierra Nevada : Evenepoel limite la casse, Arensman vainqueur

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Tomares : De roublard à veinard il n’y a qu’un pneu

Confiants après avoir décelé les premiers signes de faiblesse chez le Belge, ses adversaires sont bien décidés à profiter de chaque opportunité pour le mettre en difficultés. Dans le final d’une 16e étape pourtant roulante, Roglic va tenter un premier coup de force. Lorsque le Slovène attaque, pas de trace d’Evenepoel dans les premières positions. On pense, le leader piégé par manque d’attention ou de condition. Le maillot rouge vient en réalité de crever un pneu. Et si certains sourient de voir le coureur profiter d’un point du règlement qui le reclasse automatiquement dans le temps du peloton en cas de souci mécanique dans les trois derniers kilomètres. Le jury, après analyse, confirme bien la véracité de la crevaison. Comble de l’histoire, Roglic finira par chuter dans les ultimes mètres avant d’abandonner le lendemain. Proche de tout perdre, Remco Evenepoel vient peut-être de tout gagner.

Alto De Piornal : La victoire en patron

Débarrassé d’un Roglic qui semblait capable d’encore monter en puissance, Evenepoel veut encore prouver qu’il est le patron qu’un vainqueur de Grand Tour doit pouvoir être en dernière semaine. Mis en difficultés par ses rivaux au général, le maillot rouge va répondre de la meilleure des manières : en attaquant. Avec Enric Mas sur le porte-bagages, il fond sur les derniers échappés du jour. Cette fois-ci, il les reverra tous pour ensuite déposer son dauphin dans les ultimes mètres. Rendez-vous est pris avec l’avant-dernière étape.

18e étape : Trujillo > Alto de Piornal : Un exceptionnel Evenepoel remporte une deuxième étape et conforte son maillot rouge

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Puerto de Navacerrada : Tel le métronome qu’il est devenu

À l’occasion de la dernière étape à réel enjeu, le jeune Evenepoel fait étalage de toute l’expérience acquise au cours des derniers jours. Celui que l’on connaissait fougueux s’est mué parfait gestionnaire. Lorsque dans l’avant-dernière ascension du jour, Mas a tenté de l’attaquer, le Belge est revenu au train avant de dépasser son rival espagnol et lui manifester sa maîtrise d’un regard appuyé. Une quarantaine de kilomètres plus loin, le coureur peut enfin laisser exploser sa joie. La gestion des émotions en course, c’est peut-être bien ça LA clé de la victoire finale de Remco Evenepoel.

20e étape : Moralzarzal > Puerto de Navacerrada : Remco assuré de remporter la Vuelta, troisième victoire pour Richard Carapaz

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous