RTBFPasser au contenu
Rechercher

High tech

Dall-E, l'intelligence artificielle qui crée une image à partir d'une phrase

Une création de Dall-E avec un texte : Une chaise en forme d'avocat.
12 mars 2021 à 14:00Temps de lecture2 min
Par RTBF Tendance avec AFP

Son but : générer une image à partir d’une phrase. Le langage est capable d’imaginer des concepts absurdes ou de concevoir des objets qui n’existent pas. Un atout manifeste pour le futur de la création où l’on pourrait dépasser les limites de notre imagination.


Lire aussi : Les humains sont prêts à faire plus confiance à une IA qu’à un humain pour gérer leurs finances


Cet IA a de l’imagination

Si vous parlez de fleurs dans un texte, Dall-E va créer des images de fleurs. Des fleurs inspirées de la réalité, mais pas forcément des copies. Car cette intelligence artificielle produit ses propres univers graphiques…

Dall-E utilise le modèle GPT-3 bénéficiant de plus de 175 milliards de paramètres. C’est le langage le plus entraîné de l’histoire, bien devant les 17 milliards de paramètres de l’ancien plus gros : le NLG Turing de Windows. Dall-E utilise ces données pour former et générer des images à partir d’une description de texte. Le langage est capable d’imaginer des concepts absurdes ou de concevoir des objets qui n’existent pas. Un atout manifeste pour le futur de la création où l’on pourrait dépasser les limites de notre imagination.

OpenAI DALL·E: Creating Images from Text (Blog Post Explained)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

L’impact de Dall-E sur les industries créatives pourrait bien provoquer un bouleversement pour les professionnels du métier. Un potentiel aussi énorme suscite des interrogations. Quid des illustrateurs, designers et autres artistes ? Un modèle générateur de contenu offre une multitude de propositions en un claquement de doigts. Impossible alors pour un humain de tenir la comparaison…

Un outil encore perfectible

Conscient des conséquences potentielles de Dall-E, OpenAI ne prévoit pas de commercialiser son produit tout de suite. D’une, le programme n’est pas encore prêt. Et puis, même si l’intelligence artificielle représente un levier formidable pour amplifier notre évolution, elle reste encore perçue comme dangereuse. Basée sur des données humaines et Internet, des données potentiellement baisées, l’intelligence artificielle subit donc les biais des algorithmes.


Lire aussi : Et s’il était possible de chatter avec des morts sur son smartphone ?


Pour être plus précis, le langage s’entraîne chaque fois qu’il est utilisé et se sert des informations qu’il peut retrouver dans ses milliards de paramètres. Les biais sont alors le reflet structurel de notre société comme les discriminations de peaux, de genre, de nationalité ou encore de religion. Des problèmes éthiques essentiels à ajuster avant de pouvoir intégrer l’intelligence artificielle dans l’industrie de la création.

Loading...

Côté pratique, OpenAI souhaite encore développer son programme, pas suffisamment au point selon l’entreprise. Il est vrai que si certaines images proposées par l’IA sont stupéfiantes, la plupart sont inabouties. L’association a déclaré qu’elle prévoyait prochainement de révéler davantage d’informations dans un futur article universitaire.

Sur le même sujet

De la santé à l'environnement, l'intelligence artificielle se pose en outil essentiel

High tech

La Lituanie et la Pologne sont désormais reliées grâce à une porte connectée

High tech

Articles recommandés pour vous