Monde Amérique du Sud

Dans la plus grande prison d’Equateur, des affrontements entre gangs de détenus font plus de 68 morts

14 nov. 2021 à 06:09Temps de lecture2 min
Par AFP

Des affrontements d’une extrême violence entre gangs de détenus se sont poursuivis samedi dans le pénitencier de Guayaquil, dans le sud-ouest de l’Equateur, que les autorités ont affirmé "contrôler" en soirée, après la mort d’au moins 68 prisonniers en 24 heures.

Corps mutilés et brûlés, scènes d’une grande "sauvagerie", "barbarie"… A coups d’armes blanches, d’armes à feu et d’explosifs, les affrontements ont débuté vendredi soir dans le bloc 2 de ce vaste centre pénitentiaire, le plus grand du pays.

Le bilan officiel samedi à la mi-journée était de 68 détenus tués et de 25 blessés.


►►► À lire aussi : Equateur : 58 morts dans des émeutes au sein d’une prison


Samedi soir, alors que la police avait pourtant assuré avoir pénétré le matin même dans ce bloc 2, le porte-parole de la présidence Carlos Jijon a reconnu que "de nouveaux incidents se produisaient à l’intérieur du pénitencier", avec "des attaques d’un quartier à l’autre".

Le même porte-parole a affirmé peu après que la police était à l’intérieur de l’établissement et que la situation y était "sous contrôle". Près de 900 policiers ont été déployés pour faire face aux incidents, dont 500 à l’intérieur même du complexe pénitentiaire.

"Lobos" et "Latin King"

Le président Guillermo Lasso "tient une réunion avec le haut commandement des forces armées et de la police, un cabinet de crise a été mis en place", selon Carlos Jijon.

Le chef de l’Etat "a invité des représentants de la société civile à commencer à organiser un dialogue à l’intérieur de la prison afin de mettre fin à la barbarie qui s’y déroule", toujours selon le porte-parole présidentiel.


►►► À lire aussi : Equateur : saisie de 4,5 tonnes de cocaïne à destination d’Anvers


Débutées dans le bloc 2, les violences se sont étendues à d’autres blocs de cellules, où les gangs criminels ("Tiguerones", "Lobos" et autres "Latin King") liés au narcotrafic font régner la terreur.

Vendredi soir, l’électricité de l’établissement a été sabotée pour faciliter l’attaque de nuit.

"Lutte pour le leadership"

Selon le gouverneur de la province de Guayas (dont Guayaquil est la capitale), Pablo Arosemena, "les échanges de tirs étaient très intenses, très près des portes d’entrée du pénitencier, avec des détonations".

Selon la chef de la police, le général Tannya Varela, il y a un "vide" dans la prison en raison de l’absence de dirigeants dans plusieurs ailes, ce qui a déclenché une "une lutte pour le leadership". Ce nouveau massacre "pourrait éventuellement conduire à d’autres actions", a-t-elle averti.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous