Patrimoine

Dans le désert des White Sands, où l’archéologie bouleverse l’histoire de l’Humanité

© AFP or licensors

On vous en parlait il y a peu, le désert de White Sands, aux États-Unis, a été le théâtre d’une découverte archéologique qui chamboule tout ce que l’on pensait savoir de l’arrivée des premiers êtres humains en Amérique. Des traces de pas préhistoriques sont de 7000 ans plus anciennes que les premières traces humaines trouvées précédemment sur le continent. Leur découverte dans les White Sands n’est pas un hasard, car le site est une vraie mine archéologique. Découvrons ensemble cet endroit remarquable.

Les dunes immaculées des White Sands
Les dunes immaculées des White Sands © Universal Images Group via Getty

Des dunes blanches à perte de vue sous un soleil de plomb, voilà à quoi ressemble le parc national des White Sands. Sur 715 km2, l’étendue désertique est littéralement éblouissante. Détrompez-vous, ce n’est pas de la neige. Ce qui lui donne cette blancheur quasi immaculée, c’est le gypse, le minerai dont il est composé. Il n’existe pas beaucoup de déserts de gypse dans le monde, et c’est d’ailleurs le plus grand. Normalement, ce minerai est soluble, et disparaît au contact de la pluie. Mais dans la cuvette des White Sands, il est pris au piège, et se reforme aussitôt le soleil revenu.

Loading...

Pourtant, dans cet environnement a priori hostile, la vie est bel est bien présente, comme partout sur notre planète. Mais vous ne trouverez pas d’animaux imposants, de grands mammifères ou des fauves carnassiers. Pour trouver de telles créatures, il vous faudrait retourner des millénaires en arrière, à l’époque où le désert n’en était pas encore un. Il y a 10.000 ans et plus, mammouths, tigres à dents de sabre et paresseux géants marchaient sur cette lande au climat beaucoup moins aride qu’aujourd’hui. Un grand lac, baptisé Otero et depuis asséché, attirait toute cette faune, mais pas seulement. Parmi les créatures vivantes à fréquenter les White Sands, on trouvait aussi des êtres humains.


► A lire aussi : Des empreintes de pas vieilles de 23.000 ans découvertes au Nouveau Mexique


 

L’environnement des White Sands comme il devait être à l’ère glaciaire.
L’environnement des White Sands comme il devait être à l’ère glaciaire. © Domaine public (National Park Service)
Les empreintes récemment découvertes sont celles d'un groupe d'enfants et d'adolescents

Nos ancêtres ont donc foulé les abords humides du lac Otero, en même temps qu’une quantité d’autres êtres vivants. Et s’enfonçant dans la boue, tout ce monde y a laissé des traces de leurs pas. Les abords du lac étaient en partie constitués d’une sorte de craie, composée carbonate de calcium, une matière qui se durcit très rapidement. Au fur et à mesure des changements climatiques, le lac s’est évaporé, laissant derrière lui des quantités de gypse qui ont recouvert le sol où marchaient la méga faune préhistorique et les hommes et femmes de l’époque. Voilà comment de simples traces de pas, pareilles à celles que vous avez laissées sur la plage l’été passé, se sont retrouvées fossilisées sous plusieurs couches sédimentaires.

L’environnement écologique des White Sands à l’époque du pléistocène a donc permis à de nombreuses traces de nos ancêtres d’arriver jusqu’à nous. En 2020, des archéologues annonçaient avoir retrouvé la plus longue suite de pas humains fossilisée jamais découverte. Sur 1,5 km, les scientifiques ont pu analyser la démarche de deux individus (une femme ou un adolescent avec un enfant), mais aussi leurs interactions avec la faune locale.


► À lire aussi : Un voyage préhistorique fossilisé dans les sables du Nouveau-Mexique


Toutes ces découvertes font des White Sands un site exceptionnel pour mieux comprendre l’histoire des origines de l’Humanité toute entière. Qui sait ce que ce désert a encore à nous dévoiler ?

Un héritage en danger ?

Un tir de V2 dans le désert des White Sands, en 1946

Les White Sands ne sont pas seulement un lieu naturel et archéologique digne d’intérêt, c’est également un endroit stratégique pour les États-Unis. Dans ces vastes étendues inhabitées, l’armée américaine teste, loin des regards, bombes et missiles en tout genre. C’est là, dans les dunes de gypse, que le 16 juillet 1945, a lieu la toute première explosion d’une bombe nucléaire dans l’histoire. Des essais qui ne se sont jamais arrêtés depuis, et qui, on l’imagine aisément, ont probablement détruit de potentielles traces archéologiques. C’est également dans les White Sands que la Nasa a maintes fois fait atterrir ses engins spatiaux, loin de toute habitation et donc de risque d’accidents.

En 2008, le gouvernement fédéral a introduit une demande de classement de l’ensemble du Parc National sur la liste du Patrimoine immatériel de l’UNESCO. Mais des voix se sont élevées contre ce projet, craignant notamment que l’instance internationale fasse obstruction au maintien des activités militaires à proximité du site. L’inscription de cette aire naturelle d’exception, témoin de l’interaction entre les humains et leur environnement, est donc depuis au point mort. Les récentes découvertes archéologiques feront-elles avancer les choses afin de permettre une meilleure conservation du site ? L’avenir nous le dira.

Etats-Unis : des traces de pas vieilles de 23000 ans

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous