Icône représentant un article audio.

Regions Hainaut

Dans les centres de bien-être, le coût de l’énergie angoisse

écoutez ce reportage d'Anne Pollard

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Un jacuzzi, une piscine, un sauna : autant de postes proposés dans certains centres de soins et qui consomment beaucoup d’énergie. Pour chauffer ces structures, il faut du gaz, de l’électricité, des ressources de plus en plus chères.

A Charleroi, le centre Carolina paye 1200 euros de charges chaque mois. "Au début de mon activité, il y a 20 ans, je ne payais que 500 euros" se souvient la gérante, Anna de Lellis. Aujourd’hui, le centre propose des cours d’aquabike, très gourmand en énergie. "Il faut chauffer la piscine, allumer l’éclairage dans l’eau, déshumidifier le local, …" Même les vingt panneaux photovoltaïques installés sur son toit ne compensent pas les coûts. Elle craint aujourd’hui le montant affiché sur sa facture de régularisation à la fin de l’année. "Le prix va sans doute doubler, voire tripler ! Ça fait peur : est-ce que je dois tout arrêter ? "

Maintenir ou stopper son activité : voilà un dilemme qui torture aujourd’hui de nombreux indépendants. Face à la hausse des prix de l’énergie, ce centre de bien être est loin d’être un cas isolé.
 


 

© Tous droits réservés

Articles recommandés pour vous