RTBFPasser au contenu
Rechercher

Chronique cinéma

Dans "Tout s’est bien passé", François Ozon aborde avec sensibilité le sujet de l’euthanasie

22 sept. 2021 à 07:49Temps de lecture2 min
Par Nicolas Buytaers

Nicolas Buytaers nous présente sa sélection parmi les sorties cinématographiques de la semaine, avec notamment le dernier film touchant de François Ozon.

Tout s’est bien passé

André est victime d’un AVC. Ses deux filles, Emmanuelle et Pascale, sont alors prévenues mais le vieil homme qui a toujours aimé la discorde, déplaire et qui n’en a toujours fait qu’à sa tête, demande à Emmanuelle de l’aider à mourir. Donc non seulement ce drame va bouleverser toute une famille mais cette ultime requête va faire remonter pas mal de rancunes…

Réalisé par François Ozon d’après le roman éponyme d’une de ses scénaristes attitrées, Emmanuèle Bernheim (ensemble ils vont écrire "Sous le sable", "Swimming pool", "5x2", "Ricky"), qui avait déjà été inspiré par son vécu. Ce drame "Tout s’est bien passé" aborde des thèmes délicats (pour ne pas dire presque tabous) comme la maladie, la vieillesse, la fin de vie et l’euthanasie.

Mais que dire de plus après "Amour" de Michael Haneke ? Plein d’autres choses encore. Ozon se permet plus que jamais tout ce qu’il a toujours aimé faire : raconter une histoire sensible tout en y ajoutant des moments plus légers comme pour dédramatiser (sans atténuer l’enjeu, ni le drame). Le mélange pourrait paraître déroutant mais il reste osé et salutaire.

Et puis, comme toujours chez Ozon, il y a ces acteurs qui osent eux aussi et élèvent leur niveau de jeu (pour utiliser un vocabulaire sportif) comme André Dussollier, Charlotte Rampling, Géraldine Pailhas et Sophie Marceau !

Loading...

Herself

Sandra est mariée à un homme qui la bat. Un jour, elle décide de reprendre sa vie en main. Avec ses deux filles, elle va se mettre à construire toute seule la maison de ses rêves. Une maison où elle se sentira, où elles se sentiront enfin en sécurité et en paix.

Ce drame est réalisé par Phyllida Loyd. Souvenez-vous de "Mamma Mia !" et "The Iron Lad " (le biopic de Margaret Tatcher avec Meryl Streep aussi en tête du générique du film phénomène imaginé à partir des chansons du groupe ABBA).

Loyd revient ici avec un film plus intimiste, plus dense aussi par les thèmes abordés : la violence conjugale, les femmes battues, la précarité de ces familles monoparentales. Ce film est inspiré d’une histoire vraie, celle vécue par une amie de son actrice principale, Clare Dunne. Alors retenez bien son nom car à l’avenir il faudra certainement compter sur elle. Si on l’a vue dans "Spiderman far from home" et surtout sur les planches, à l’avenir, son talent devrait être mieux et plus intensément utilisé devant une caméra.

Loading...

Mare of Easttown

Quand les séries ont la qualité d’un excellent film, on ne peut passer à côté. Cette série s’intitule "Mare of Easttown".

Nous sommes dans la petite ville d’Easttown. Marianne, que l’on surnomme Mare, est flic. Rien ne va dans sa vie privée. Alors, elle se raccroche à son métier d’enquêtrice mais là aussi rien ne va. Et encore moins quand on découvre le corps sans vie d’une jeune femme, une fille-mère. Cette enquête va alors faire ressurgir de vilains démons, tant dans la ville d’Easttown que chez la policière de vilains démons… C’est sombre mais ce n’est pas glauque. C’est du pur polar. C’est tendu et cette tension est palpable. Tous les habitants de la ville (ou presque) ont une tête de coupable et cache un vilain secret. Voilà donc une série prenante et pleine de vrais-faux coupables et de fausses pistes !

Une série à travers laquelle Kate Winslet révèle une fois de plus tout son talent. Elle est juste parfaite, comme toujours. Tantôt vulgaire, touchante et brillante, elle est vraie. Elle y apparaît aussi sans maquillage ce qui renforce ce côté naturel, ce qui lui donne (à elle et cette série) une crédibilité incroyable !

Loading...

Sur le même sujet

Il y a vingt ans, la Belgique dépénalisait l’euthanasie : "On est passé de la mort isolée, souvent dans un hôpital, à une mort solidaire avec ses proches"

Belgique

Berlinale 2022 : La course à l’Ours d’Or lancée avec un film de François Ozon

Cinéma

Articles recommandés pour vous