Tennis - Roger Federer

David Goffin : "Le tennis a grandi grâce à Roger Federer, et je suis très triste de le voir partir"

David Goffin a réussi à battre Roger Federer en demi-finale du Masters, en 2017

© AFP or licensors

15 sept. 2022 à 23:00Temps de lecture3 min
Par Christine Hanquet

Même s’il doit rester concentré sur le très important match de Coupe Davis qui doit opposer la Belgique à l’Allemagne, à Hambourg, David Goffin a accepté de répondre à quelques questions sur le futur retraité le plus célèbre du moment, Roger Federer. Le joueur suisse a annoncé qu’il mettrait un terme à sa carrière à l’issue de la Laver Cup, dans quelques jours.

Le numéro un du tennis belge a semblé très touché par la nouvelle. On connaît son admiration pour Roger Federer, son idole de jeunesse. Un champion dont les posters étaient punaisés dans sa chambre d’adolescent.

Personne n’a oublié leur première rencontre, en 2012, sur le Court Suzanne Lenglen de Roland-Garros, la belle résistance de David Goffin, l’accolade des deux hommes après la balle de match. Mais leur relation tennistique et amicale ne se résume pas à ce seul face-à-face. Ils se sont encore retrouvés sur les courts, l’un en face l’autre, à dix reprises, après cela. Et ils sont beaucoup vus en dehors des terrains.

Entretien avec David Goffin…

David, quelle est votre première réaction, à l’annonce de la prochaine retraite de Roger Federer ?

Je suis très triste. Très triste d’apprendre la nouvelle. Cela devait arriver, il a 41 ans, et on n’est pas éternels. J’étais dans une tranche d’âge qui m’a permis de suivre ses premières victoires, quand j’étais jeune. Et puis de faire ma propre carrière, jusqu’à arriver à jouer contre lui onze fois. Avec une victoire pour moi, au Masters. C’est une très triste nouvelle, et cela fait vraiment bizarre, de savoir qu’on ne le retrouvera plus sur les courts. J’espère qu’on le reverra encore, mais ce ne sera plus dans des compétitions officielles.

Roger Federer et David Goffin, après leur première rencontre, à Roland-Garros, en 2012

Quels sont vos meilleurs souvenirs, avec lui ?

J’ai plein d’énormes souvenirs, sur le court et en dehors. C’est une personne qu’on adore tous, quelqu’un de toujours souriant, sympa avec tout le monde. Dans mes souvenirs, il y a notamment les quelques jours passés avec lui à Dubaï. Il m’avait invité à faire une semaine d’entraînement là-bas. J’étais jeune, et cela avait été un séjour riche en expériences. C’était exceptionnel de le côtoyer, et de travailler avec lui, dans sa base d’entraînement. La Laver Cup reste aussi un souvenir énorme. J’avais participé à cette compétition par équipes avec lui, j’avais reçu ses conseils, j’avais mangé avec lui, j’avais fait la fête avec lui, et c’était juste fantastique. Un souvenir énorme, probablement le meilleur, pour moi. Et puis, sur le terrain, il y a eu mon premier match contre lui à Roland-Garros, qui a lancé ma carrière au plus haut niveau. Et évidemment mon succès contre lui au Masters, qui restera la plus grosse victoire de ma carrière, quoi qu’il arrive. Tout cela, ce sont de très beaux souvenirs. Il y en a encore d’autres, mais ce sont ceux que je préfère.

Quel héritage laisse-t-il au monde du tennis ?

Il laisse énormément de choses. Je pense qu’il va manquer énormément. Il a fait évoluer le tennis à un niveau que l’on n’avait jamais atteint. Il a été la locomotive de ce sport. On n’a pas arrêté de chercher des solutions pour essayer de suivre son train et d’être encore plus forts. Il a poussé très haut le niveau du tennis, et je ne parle pas seulement du jeu. En plus, ce qu’il a fait pour le circuit international, cela nous a propulsés vers le haut, au niveau marketing, business. Grâce à lui, on a pu jouer dans des plus grands stades, devant plus de public, avec plus de show. Le tennis tout entier a grandi grâce à lui, et le niveau a augmenté grâce à lui. Il laissera un grand vide, ça c’est sûr.

Qu’avez-vous le plus aimé, chez lui ?

Evidemment son professionnalisme, son tennis, la personne qu’il était sur le court et en dehors du court. Je me suis toujours bien entendu avec lui. C’était une personne toujours souriante, avenante, sympa avec tout le monde. Il était hyper-naturel, et je ne pense pas que c’était calculé. C’était quelque chose de très spontané. C’était toujours un plaisir de le croiser.

Alors, l’éternelle question : Roger Federer est-il le meilleur joueur de tous les temps ?

Pour moi, c’est clairement le plus grand. Pas par les résultats, puisque deux joueurs sont passés au-dessus de lui, au nombre de Grands Chelems gagnés. J’adore Rafa, quasiment autant que lui, mais Roger reste Roger. Et en termes de charisme et de personnalité, il n’y aura jamais mieux, dans le monde du tennis. Il reste un champion hors-norme. Et je le dis encore, il va manquer au tennis. J’espère qu’on continuera à le revoir, quand même, après. Cela fera plaisir à tout le monde, je pense. Mais cela va être dur, de se dire qu’il ne fera plus aucun tournoi officiel. Ca fait quand même quelque chose…

David Goffin, à propos de Roger Federer

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Goffin lutte mais s'incline face à Federer en finale à Halle

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous