De la boxe adaptée pour les malades du cancer : "Venir sur le ring, c'est aller vers la vie"

De la boxe adaptée pour les malades du cancer : "Venir sur le ring, c'est aller vers la vie"
24 févr. 2020 à 05:00Temps de lecture2 min
Par Sophie Mergen

Un ring, des punching-balls, mais pas de combat au corps au corps. L’adversaire n’est pas humain. Il est commun, invisible, insidieux.

Chaque fois qu’on vient ici, c’est comme si on avait vaincu encore une fois le cancer

De la boxe adaptée pour les malades du cancer : "Venir sur le ring, c'est aller vers la vie"
De la boxe adaptée pour les malades du cancer : "Venir sur le ring, c'est aller vers la vie" © Tous droits réservés

"Il fallait que je me sauve"

Sara Rezki n’avait que 17 ans quand elle a été frappée par son premier cancer. "A ce moment-là, j’étais encore insouciante" se souvient-elle. Mais 10 ans plus tard, elle traverse une première rechute. Et puis une autre, plus grave, un peu avant ses 40 ans. "A ce moment-là, ça a été la sonnette d’alarme. J’avais des métastases à plusieurs endroits. J’ai plongé. J’ai vécu dans un néant, dans les ténèbres de la maladie. Il fallait que je me sauve".

Le témoignage de Sara, fondatrice de Fight X Life

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

La symbolique de la boxe, c’est de rester debout face au cancer. "J’étais une grande sportive. Me retrouver dans le corps de quelqu’un qui n’avait jamais fait de sport, ça m’a fait beaucoup souffrir" explique Sara.

Je ne supportais plus le regard des gens. C’est comme ça que j’ai décidé de mettre les gants

Pour se sauver elle-même, et en sauver d’autres, elle décide de fonder Fight X Life. L’association propose des cours de boxe adaptée pour les personnes qui traversent l’épreuve du cancer.

"Je me disais que ma vie était sombre, que j’allais mourir. Venir ici, c’est aller vers la vie" nous livre Mirella, atteinte d’un cancer du sein.

Le témoignage de Mirella

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Regagner de la confiance en soi

"La maladie laisse des séquelles physiques et mentales" ajoute Fatya, atteinte d’un cancer à 31 ans. "Ici, on retravaille le mental, la psychomotricité, la coordination, et surtout la confiance en soi. Ce sont des choses qu’on perd quand on passe par la chimiothérapie".

Le témoignage de Fatya

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Un dépassement de soi

La boxe est aussi une forme de dépassement physique et mental. "C’est sûr que c’est plus facile de rester dans son canapé, devant sa télévision, en se disant 'je suis malade, je ne peux rien faire' que de prendre sa tenue de sport, se lever et se dire 'je vais y aller'. Oui, c’est dur. Moi-même, je n’ai pas facile, mais j’essaye de le faire comme je peux et d’y mettre du cœur. Car mettre du cœur dans quelque chose, c’est aussi déjà avancer les choses" explique Oscar.

Le témoignage d'Oscar

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

"Comme on dit vulgairement, face au crabe, non seulement soyons solidaires... mais le crabe, on va le vaincre !" conclut Oscar.

Monter sur le ring, c’est en quelque sorte prendre sa maladie à bras-le-corps. Chaque combat est la preuve que le cancer n’a pas encore vaincu.

Le reportage Nomade sur Fight X Life

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous