RTBFPasser au contenu
Rechercher

Journal du classique

De la musique du monde bien de chez nous : Solia exhume les joyaux du patrimoine musical wallon

Raquel Gigot (accordéon chromatique) et Marianne Vancamp (nyckelharpa).
25 nov. 2021 à 14:57Temps de lecture2 min
Par Antoine Danhier

Nous vous parlions il y a quelques mois du projet Melchior, une vaste entreprise de collectage et numérisation des archives musicales wallonnes, qui sont mises à la disposition de tous et contextualisées sur une plateforme en ligne, à l’initiative de l’IMEP et de ses bibliothécaires. L’espoir affiché est de stimuler la redécouverte, l’utilisation et l’appropriation libre de ce patrimoine pour le sauver de l’oubli. Dans la continuité de ce projet, l’ensemble Solia, composé d’un accordéon chromatique et d’une nyckelharpa, sort un CD entièrement consacré à cette musique. Brigitte Mahaux nous en parle dans son Café gourmand.

On a souvent tendance à l’oublier, mais la Wallonie possède un riche patrimoine musical traditionnel, des racines solides. Pour remettre à l’honneur cette musique oubliée au fond des greniers, l’ensemble Solia sort au label Homerecords un CD entièrement consacré à cette "World music… de Wallonie". Un répertoire que l’ensemble se réapproprie avec liberté et créativité, dans les instruments qui lui sont propres : l’accordéon chromatique pour Raquel Gigot et le Nyckelharpa (instrument à cordes frottées d’origine suédoise) pour Marielle Vancamp. Deux instruments et deux voix, parfois agrémentés de guitare, flûte ou percussion, pour parcourir un répertoire allant de l’époque médiévale à nos jours.

Loading...

Ce projet s’inscrit dans la continuité du développement de la Plateforme Melchior, initié par Julien et Marie-Hélène Maréchal avec le soutien actif de l’IMEP, l’Institut royal supérieur de musique et de pédagogie de Namur. Pour rappel, l’objectif du projet est d’inventorier tout le répertoire wallon issu de la tradition orale, qui a été sauvé de justesse de l’oubli au vingtième siècle, au cours d’opérations de collectage. Ce répertoire se trouve à nouveau menacé de disparition suite à la détérioration progressive des supports (notamment des bandes magnétiques).

Le projet consiste donc à identifier, réunir, classer et numériser progressivement ces archives, qui sont ensuite gratuitement mises en ligne à la disposition de tous sur la Plateforme Melchior. On y retrouve une base de données sans cesse croissante, où les œuvres sont agrémentées de commentaires historiques et musicologiques visant à les remettre dans leur contexte. L’objectif déclaré est de permettre à tout un chacun de redécouvrir les trésors oubliés de Wallonie et de s’approprier cette matière à sa guise, que ce soit dans la perspective de bals folkloriques, de projets pédagogiques ou encore de compositions modernes inspirées du folklore, comme a pu le faire, par exemple, Béla Bartok en Hongrie.

Cliquez ici pour accéder à l’article présentant la plateforme Melchior.

Cliquez ici pour découvrir la plateforme et son répertoire déjà bien fourni.

 

Brigitte Mahaux nous parle des projets Melchior et Solia dans le cadre de son Café Gourmand :

Les compositeurs wallons sont aussi mis à l’honneur sur Musiq3 dans le cadre des 50 ans du label Musique en Wallonie.

Redécouvrez avec Xavier Falques :

- Louisa de Mercy-Argenteau (XIXe)

- Pierre de la Rue (XVe)

- Laurent de Saint-Luc (XVIIe)

- Jean Rogister (XXe)

- Edouard Lassen (XIXe)

Sur le même sujet

Jean Rogister et l’école belge de violon

La matinale de Musiq3

Patrimoine musical belge : Louisa de Mercy-Argenteau, compositrice belge et mécène passionnée

La matinale de Musiq3

Articles recommandés pour vous