Décès d'un passager à l'aéroport de Charleroi en 2018 : Pieter de Crem dénonce "une violence disproportionnée"

Pieter de Crem demande à l'Inspection générale de la d'enquêter.

© VIRGINIE LEFOUR - BELGA

20 août 2020 à 14:54Temps de lecture1 min
Par Belga

Le ministre de l’Intérieur, Pieter De Crem, a exprimé ce jeudi son indignation après la diffusion d’images prises lors de l’intervention de policiers pour maîtriser un homme en 2018 à l’aéroport de Charleroi.

"Ce sont des images extrêmement choquantes. Ce qui s’est passé est intolérable, avec des mesures d’une violence hors de toute proportion", a déclaré le ministre.

Salut hitlérien et "signe du diable"

Pieter De Crem attend la fin de l’instruction judiciaire ouverte à la suite du décès de la victime, un ressortissant slovaque âgé de 38 ans. Il a toutefois demandé à l’Inspection générale de la police d’ouvrir un dossier sur deux faits révélés par les images, à savoir le salut hitlérien fait par une agente et le "signe du diable" (pouce et auriculaires dressés) fait par un de ses collègues en direction de la caméra de surveillance.

Instruction judiciaire en cours

L’affaire est en cours d’instruction depuis deux ans mais a connu un rebondissement avec la diffusion des images de l’intervention policière.

Les faits remontent au 23 février 2018 à l’aéroport de Charleroi (BSCA). Le passager de 38 ans, Jozef Chovanec, avait posé des difficultés au personnel lors de son embarquement vers Bratislava, en Slovaquie. La police fédérale aéroportuaire avait été requise pour le maîtriser, mais le passager s’était rebellé sur le tarmac.

Placé en cellule dans les locaux de la police fédérale, il s’était porté des coups violents, obligeant les policiers à intervenir de nouveau pour le maîtriser. Lors de cette opération, l’individu avait fait un arrêt cardiaque. Il était décédé quelques jours plus tard.

Selon une avocate des proches de la victime, les images montrent une policière faire un salut hitlérien et d’autres agents rire. "Un des policiers s’est appuyé sur la victime pendant plusieurs minutes", selon Me Ann Van de Steen. Le parquet de Charleroi a indiqué que l’instruction judiciaire serait bientôt terminée.

Articles recommandés pour vous