RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions Liège

Décès de Fabrice Lantair, l’éminence grise des verts

Fabrice Lantair, ici avec l’ex-secrétaire d’État chilien du gouvernement Allende, le général Poblete

C’est un homme de l’ombre qui vient de s’éteindre. Fabrice Lantair, 72 ans, n’était guère connu du grand public, et pourtant, il a joué un rôle majeur dans ce qui reste un événement politique de la fin du vingtième siècle : l’arrivée des écologistes au pouvoir dans une métropole, en l’occurrence la participation du parti Ecolo à une majorité dite progressiste, en 1982, à la ville de Liège. C’est lui qui, par ses talents d’entremetteur, est parvenu à vaincre les réticences, ou plutôt à endormir les méfiances, de l’état-major du parti socialiste, peu enthousiaste à l’époque à l’idée de tenter cette expérience, contre l'avis du bourgmestre Close, et contre l'avis, en outre, de certains de ses amis qu'il a dû convaincre au bout de longues discussions. D’ailleurs, la coalition n’a duré qu’une législature communale, mais elle a valu à la cité ardente d'être observée depuis l'étranger, comme un laboratoire…

Fabrice Lantair a, par la suite, tenté d’élargir ce type d’alliance, au niveau municipal, à Herstal puis à Flémalle, mais sans succès. Il a siégé au secrétariat fédéral des verts (dont il a été l'un des fondateurs à la fin des années septante), et il a exercé un mandat de conseiller provincial. En rupture avec une ligne plus accommodante, il s’est ensuite présenté sur les listes VéGa, mais sans être élu. 

Articles recommandés pour vous