Economie

Déclaration fiscale : à quoi servent nos impôts ?

27 juin 2022 à 06:49 - mise à jour 27 juin 2022 à 15:28Temps de lecture3 min
Par Himad Messoudi pour le marché matinal

La dernière semaine de juin, comme chaque année, est synonyme de dernière ligne droite si vous rendez votre déclaration fiscale en version papier. Elle doit en effet être parvenue au SPF Finances au plus tard le 30 juin. L’occasion de revenir sur cet exercice annuel, avec une question toute simple : à quoi servent nos impôts ?

Définissons d’abord le terme "impôt" tel qu’on l’utilisera : il s’agit des contributions et des cotisations sociales que paient salariés, indépendants et les entreprises. Le montant total de tous ces impôts s’élève à 270 milliards, c’est le chiffre le plus récent, il date de 2019, comme tous ceux qui suivront dans cet article. Ces chiffres proviennent d’un document "À QUOI SERVENT LES IMPÔTS ET
COTISATIONS SOCIALES (270,4 MILLIARDS €) ?" réalisé par le SPF Finances et qui apparaît en "pop-up" après avoir rempli votre déclaration fiscale en ligne. La version 2022 n’est pas encore en ligne. Vous trouverez la version 2020 ici.

Loading...

Les Pensions, le poste numéro 1

LE poste le plus important, c’est celui des pensions, avec 54 milliards. Cela signifie que pour 100€ d’impôts que vous payez, 20,1€ servent à payer les pensions. Un cinquième, c’est beaucoup. Ce n’est donc pas pour rien que les pensions sont un enjeu politique et budgétaire majeur pour tous les gouvernements au niveau fédéral. A l’avenir, selon les prévisions du comité d’études sur le vieillissement, le coût des pensions va encore augmenter et restera élevé à terme.

Le deuxième poste qui pèse le plus concerne aussi la protection sociale. Avec un peu moins de 15% de nos impôts, on retrouve les soins de santé. Si on rajoute les postes "chômage et l’exclusion sociale", "l’invalidité et la maladie", "les familles et les enfants" ainsi que le poste des pensions, on arrive à un total de plus de 52%. Donc sur 100€ d’impôts, plus de 52€ servent à financer la protection sociale de façon globale dans notre pays.

L’enseignement "gratuit"

L’article 24 de la Constitution belge est clair : "l’accès à l’enseignement est gratuit jusqu’à la fin de l’obligation scolaire". Cette gratuité, elle passe évidemment par les impôts et coûte 30 milliards : c’est ce que nos impôts financent pour l’enseignement au sens large. L’enseignement est d’ailleurs troisième du classement des postes les plus lourds sur nos fiches d’impôts, avec un peu plus de 11€ sur 100€ d’impôts ou de cotisations payés. C’est donc plus que ce qu’on appelle la "politique économique" c’est-à-dire le soutien aux entreprises. Ainsi, sur 100€ d’impôts, 8 euros servent à soutenir l’activité économique privée.

L’Etat (pas si) cher

Et combien coûte l’Etat ? On a coutume de dire que notre complexité institutionnelle coûte cher. Et ce n’est pas entièrement faux : ce qu’on appelle "la gestion des administrations publiques" représente 6,9% de nos impôts. 6,90 €, sur 100€ d’impôts, ça peut sembler beaucoup, mais sachez que la moyenne européenne (en 2019) est à 5,80€. Nous sommes septième ex aequo au niveau européen sur ce plan : la Hongrie, la Finlande, la Grèce, l’Italie, l’Islande et Chypre sont devant la Belgique et la Suède.

Dette, culture et défense

Voici encore quelques postes de dépenses publiques intéressants. La dette d’abord. Pendant longtemps, la Belgique l’a traîné comme un boulet, mais les taux très faibles ces dernières années la rendent plus supportable : la dette ne représentait en 2020 plus que 3,6% de nos impôts. L’ordre et la sécurité publics valent plus que l’environnement : pour 100€ d’impôts, 3€ va à la sécurité, 2,50€ à l’environnement. Les loisirs, la culture et les cultes valent autant que la recherche fondamentale avec environ 2€ pour chaque tranche de 100€ d’impôts. On notera enfin que la défense équivaut à 1,5% de nos impôts : c’est le plus petit poste.

Sur le même sujet

Reforme fiscale : et si on repartait d’une page blanche ?

Belgique

Les dates limites de rentrée des déclarations d'impôts bientôt ancrées dans la loi

Economie

Articles recommandés pour vous