Déclic

Déclic, spéciale Qatar 2022 : "Une Coupe du monde neutre en carbone, peut-on le croire ?"

Déclic

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

06 oct. 2022 à 06:33 - mise à jour 06 oct. 2022 à 07:10Temps de lecture2 min
Par La Trois

L'organisation de l'édition 2022 au Qatar de l'événement sportif le plus suivi de la planète est particulièrement décriée. Désastre écologique, Droits de l'Homme bafoués sur l'autel du spectacle, et diffusion contestée, quelles réactions doivent adopter les instances du football, les pouvoirs publics et les médias au sujet de la Coupe du monde ? Analyses dans la spéciale Déclic : Qatar, la coupe est pleine.

La Coupe du Monde de foot au Qatar semble tout à coup être le concentré de tous les maux : gabegie écologique, infrastructures construites dans des conditions peu humaines, le tout sur fond de crise énergétique et climatique. Les amateurs de foot se demandent s’ils parviendront à se passionner pour les matches, certaines villes belges refusent de placer des écrans géants, des personnalités affirment qu’elles ne suivront pas l’événement… Alors, la coupe est-elle pleine ?

► Découvrez ci-dessus, un extrait de cette émission spéciale sur le bilan carbone de la Coupe du Monde au Qatar, diffusée le 6 octobre.

On annonce 3.631.000 tonnes de CO, l'équivalent des émissions de plusieurs villes belges sur un an comme Charleroi et Châtelet, Liège et Herstal ou Bruxelles et Saint-Gilles. C'est la coupe du monde la plus polluante de l'histoire, devant Brésil 2014 qui en comptabilisait 2,7 millions et Russie 2018 et ses 2,1 millions. Du CO qui provient à 48% des déplacements en avion, auxquels on rajoute les logements, les autres déplacements, le fonctionnement et la construction des stades.

Ces chiffres proviennent d'un rapport officiel de la FIFA. Mais... le chiffre le plus impressionnant de ce rapport est sans doute le suivant : 0. "Pour la FIFA et le Qatar, cette Coupe du monde sera neutre en carbone grâce à une série de compensations. Une coupe du monde neutre en carbone, ce serait une première, mais peut-on réellement croire que le Qatar pourra compenser 3 millions 631.000 tonnes de CO₂ ?" s'interroge Himad Messoudi.

Des invités de tous horizons

Trois sujets alimentent le débat :

  • Comment trouver un équilibre entre l'enthousiasme sportif et le côté 'hors-sol' de la planète foot ? Faut-il conditionner les grands événements sportifs aux Droits de l'Homme ?
  • Est-ce que diffuser la coupe, la sponsoriser, la regarder, c’est la cautionner ?
  • Une coupe du monde zéro carbone : peut-on vraiment y croire ?

Toutes ces questions sont sur la table du débat contradictoire animé par Julie Morelle avec ses invités en plateau :

  • Rachida El Azzouzi, journaliste Mediapart qui a enquêté au Qatar
  • Suzan Gibril, politologue à l'ULB
  • Arnaud Zacharie, secrétaire général du CNCD
  • Edouard Delruelle, philosophe et fan de foot
  • Frédéric Waseige, consultant foot et auteur de Qatar, la coupe de l’immonde
  • Sylvie Marissal, de l’Union Belge
  • Jean-Pierre Jacqmin, directeur de l'Information et des Sports de la RTBF
  • Pascal Boniface, politologue et directeur de l’IRIS
  • Gilles Goetghebuer, journaliste et rédacteur en chef du magazine Sport et Vie
  • David Bertrand, journaliste sportif à la RTBF
  • Jérome Meesen, ingénieur et consultant CLIMACT

Déclic propose une analyse tout en nuances grâce aux différents  invités et chroniqueurs qui, avec leurs lunettes de scientifiques, de sportifs ou de philosophes, poseront leurs regards contrastés sur ce Mondial de foot qui est bien plus qu’un événement sportif.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous