Déconfinement, BD et Peinture : Un 6ème Jour Au Musée Avec Les Bidochon

les Bidochon

© Dargaud

02 mai 2020 à 05:30Temps de lecture2 min
Par Jacques Schraûwen

Puisqu’on nous dit que bientôt la culture va avoir à nouveau sa place dans nos quotidiens, puisqu’on nous promet que librairies et musées vont enfin rouvrir, j’ai trouvé qu’il était temps de parler d’une bande dessinée culturelle, souriante et, en même temps, didactique…

les Bidochon
les Bidochon Dargaud

C’est à la fin des années 70 que Christian Binet a donné vie à Raymonde et Robert Bidochon, une vraie caricature de gens limités intellectuellement. C’était un couple de beaufs, pas très attirants, avec des idées très arrêtées sur tout. C’était dans l’air du temps, dans la lignée d’un regard critique sur la " majorité silencieuse ", comme on disait à l’époque, et ce fut une bd qui, très vite, a eu un beau succès. Et puis, étrangement, au fil du temps, cette caricature s’est adoucie, pour se transformer en portrait satyrique mais " sympathique " d’un couple de Français moyens !

les Bidochon
les Bidochon Dargaud

Et donc, les Bidochon vont aussi au musée ! Ils s’arrêtent devant des œuvres au sujet desquelles ils ont toujours une réflexion à faire. Dans ce sixième volume, les Bidochon vont découvrir Magritte, Vigée Le Brun, Canaletto, Murillo, Botticelli, entre autres. Avec des " analyses " qui ne manquent pas de piquant, voire d’une certaine lucidité. En face du tableau " le modèle rouge ", de Magritte, par exemple. Ou devant un tableau de Yves Klein, qui "trempait des femmes dans des pots de peinture" avant de les faire rouler sur la toile. Et Robert demande: "on a le droit de faire ça?" Ce à quoi Raymonde répond tout simplement: "quand tu es un artiste, oui". 

les Bidochn
les Bidochn Dargaud

Il y a donc un plaisir immédiat à découvrir les élucubrations du couple Bidochon face à des artistes totalement " reconnus ". Mais le plaisir ne s’arrête pas là, dans cette série. Il s’agit aussi d’un album didactique… On a une page avec un tableau, et, en vis-à-vis, une planche des Bidochon. Et puis, les deux pages suivantes sont des pages " sérieuses ", qui nous racontent qui était le peintre, qui le replacent dans son contexte, le tout agrémenté de quelques illustrations. Là, Patrick Ramade et Pierre Lacôte réussissent à nous faire des notices qui n’ont rien de pompeux, que du contraire.

C’est un peu un album en champ/contre champ : le lecteur regarde un tableau, il sourit au commentaire des ineffables Bidochon, et puis, il va plus loin dans la découverte du tableau. C’est une confrontation positive entre ce qu’on peut penser d’une œuvre et ce qu’elle sous-tend comme réalités artistiques, poétiques, historiques. Avec également comme message le rappel que la beauté est toujours subjective !

les Bidochon
les Bidochon Schraûwen

Avec ces Bidochon au musée, Binet et ses complices nous disent simplement qu’il y a mille et une manières différentes de regarder et d’aimer une œuvre d’art ! Tout comme la vie, finalement…

 

Jacques Schraûwen

Une sixième journée au musée avec les Bidochon (auteurs : Binet, Ramade, Lacôte – éditeur : Dargaud – 87 pages – parution : novembre 2019)

Articles recommandés pour vous